Prologue

Des déceptions et des cris de joie

 rag170322_leg0_nic_040038_resize.jpg rag170322_leg0_eri_010279_resize.jpg 

 

Pour le prologue du Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc, les équipages devaient trouver trois balises chacun, disséminées autour de la montagne de Mdouara, un site exceptionnel qui a servi pour le tournage de La Momie. Pour Karine et Isabelle, de l’équipage 135, ce prologue est une bonne mise en jambes : « ça met en confiance, ça nous permet de voir qu’on a compris ». Un peu plus loin, dans un petit col, plusieurs voitures se retrouvent, on frôle l’ « embouteillage » sous l’oeil de spectateurs français en vacances dans la région.

 


Lire Plus ...

Catégorie Expertes : un prologue qui compte pour le classement.

rag170322_leg0_jem_020157_resize.jpg rag170322_leg0_chr_020233_resize.jpg

Comme on pouvait s’y attendre, le prologue a d’ores et déjà placé la barre assez haut. Sur 49,5 km et 3 balises, les Expertes n’ont pas eu à batailler avec le terrain, mais comme ce sera le cas pendant tout le Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc, plutôt avec le niveau d’excellence propre à leur catégorie.

 

Il n’y avait ni difficulté de franchissement, ni difficulté de navigation particulières pour elles. Simplement, après la 1ère balise, deux choix stratégiques s’imposaient. A gauche ou à droite ? Chacune des Expertes a fait ses calculs au plus serré pour déterminer quelle option était la meilleure à prendre. Dans les faits, il n’y avait pas un gros différentiel de kilométrage. L’écart s’est plutôt joué sur la précision des trajectoires. Et encore : entre la première du classement ce soir (le 405) et la dernière (le 408), il n’y a que 1,37 km. Pour Florence Deramont, la navigatrice du 405, « le prologue est une étape où l’on se cale et on s’ajuste. Je ne me sentais pas sûre à 100 % de mes objectifs, mais j’étais tout de même à mille lieues de penser qu’on avait fait le meilleur parcours aujourd’hui ».


Écrivez aux Gazelles !



Au Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc, qui dit fin du prologue, dit remise des téléphones portables. Les participantes n’ont en effet pas le droit aux smartphones et ce, pour éviter le recours aux GPS car la navigation se fait à l’ancienne, uniquement avec des cartes et des boussoles. Que les proches des équipages se rassurent, si les Gazelles n’ont plus leur téléphone, elles ne sont toutefois pas complètement coupées de la civilisation grâce à Orange. En effet, ceux qui le souhaitent peuvent écrire aux participantes en se connectant au site rallyeaichadesgazelles.com et en allant sur l'onglet "Ecrire aux gazelles", il suffit ensuite de cliquer sur le numéro d'équipage que l'on souhaite contacter.

 

Carole et Clémentine se chargent ensuite de les imprimer et de les déposer dans les casiers des Gazelles, qui se précipitent le soir pour relever leur courrier. « C’est un véritable soutien », souligne Carole, qui a elle-même été Gazelle. Chaque soir, les équipages ont accès à des ordinateurs et peuvent ainsi répondre à leurs mails. Les Gazelles peuvent également passer des coups de téléphone grâce au réseau satellite. 

Emeline et Ingrid, les gendarmes basketteuses

rag170317_nice_nic_140089_resize.jpg rag170322_leg0_nic_040300_resize.jpg

Cette année, 73 % des équipages du Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc sont nouvelles. C’est le cas d’Emeline, la Marseillaise, et Ingrid, originaire de Reims, de l’équipage 206. « On s’est un peu perdues au départ et du coup on a visité les villages alentour, c’est là qu’on a compris qu’on n’était pas sur la bonne route », raconte Emeline, visiblement contente d’avoir finalement su retrouver le bon chemin.


Ce prologue a été particulièrement riche pour ces deux Gazelles de la Sélection nationale de gendarmerie de Basket-ball qui se sont connues grâce au sport et découvrent ensemble le Maroc, mais aussi le désert.
« On a demandé des conseils sur la façon de se faire sponsoriser à nos entraîneurs et c’est là que l’idée de créer un équipage pour représenter l’équipe de France de gendarmerie de basket a émergé », expliquent les nouvelles Gazelles qui espèrent donc être à la hauteur.


Cette première journée de prologue est l’occasion pour les filles d’attribuer les rôles pour la suite de l’aventure. « On n’a pas pu faire les stages de pilotage ensemble alors aujourd’hui, on teste toutes les deux à la fois le pilotage et la navigation et on verra ensuite qui fait quoi », commente ainsi Ingrid. D’ailleurs, plus le temps de bavarder, il est temps pour nos deux basketteuses de reprendre la route !


INFO RALLYE 19:00

Une vingtaine d’équipages vient de rallier le bivouac. Parmi eux, des visages plus ou moins déçus. Les Gazelles qui participaient pour la première fois ont eu à confronter, notamment, en navigation, la théorie et la pratique. C’est le cas du 175, qui rapporte tout de même 2 balises : « on a essayé de visualiser, mais ca n’est pas évident du tout. On a choisi un chemin qu’on pensait plus facile à la lecture de la carte. Et ca n’a pas été le cas. On est tout de même fières de nous ».


Parmi les équipages rentrés à cette heure, citons le 175, le 201, le 222, le 114, le 202, le 167, le 216, le 111.
Le 236 et le 142 ont fait appel à l’assistance mécanique. Un équipage se trouve à 250 mètres. Le 181, lui, est en train de remonter vers le  bivouac.
Avec la nuit tombante, les alertes deviennent plus nombreuses : le 138 et le 139 viennent aussi d’appeler. Ils se trouvent non loin du 142.


A cette heure-ci, tout est géré. Lors du prologue qui ne compte pas pour le classement (hormis la catégorie des Expertes), aucun équipage ne dort ce soir à l’extérieur du bivouac.


INFO RALLYE 18:15

L'équipage 207 vient de franchir la ligne d’arrivée avec une pilote japonaise aux anges. « It was a very good day ! ». Il faut dire qu’il a fait quasiment du tout droit et rapporté toutes ses balises.


Le 148 est lui un peu déçu : il a pas mal tourné et ne revient qu’avec une seule balise et n’a pas voulu tenter les trois autres pour éviter de rentrer trop tard.


Côté quad la championne Betty Kraft et sa coéquipière Sonia Baudouin-Guérard (22) sont rentrées : une formalité pour la première qui aligne un impressionnant palmarès de victoires.


Le 23 est plutôt satisfait : il n’a commis qu’une erreur, mais sait très bien où et pourquoi. Donc pas démoralisé du tout !


Il reste ¾ d’heure avant la fermeture de la dernière balise et la majorité des équipages est encore sur le terrain. Ce prologue aura finalement donné du fil à retordre : sa progression est nettement plus lente dans sa seconde moitié.

 

INFO RALLYE 18:00

L'équipage 500 est actuellement au milieu du relief de Mech Irdane le long d’une piste difficile et très caillouteuse. Un beau parcours, audacieux et maîtrisé : normal pour des Gazelles très expérimentées.

Le 181 a fait appel à l’assistance mécanique d’abord pour un problème de frein, puis pour avoir cassé son triangle de roue. Le camion est en route pour le remorquer. Le 155 a lui aussi un ennui mécanique, en l’occurrence le carter.

 

Le 24 est à l’approche du bivouac : il préfère ne pas tenter la quête de sa 4ème balise et coupe pour rentrer.

 

Dure journée pour le 116 : les suisses sont parties beaucoup trop au nord, elle se sont retrouvées dans la palmeraie, puis sur la route d’Erfoud. Elles font demi tour pour se retrouver au même point : dans la palmeraie.

 

INFO RALLYE 16:00 : Aucune assistance mécanique n’a pour le moment été requise


La petite E-Méhari AR-auto a pris le départ du prologue à 15h30. « On a conscience d’ouvrir une nouvelle page du rallye. On n’a pas tant la pression des balises à valider, que celle de ramener notre véhicule à bon port » commentent les deux gazelles.

 

La majorité des équipages progressent bien dans l’ensemble. Une bonne visibilité et une lecture de terrain facile servent celles qui se confrontent au désert pour la première fois.

Aucune assistance mécanique n’a pour le moment été requise : un prologue pour le moment fluide et menant un rythme décontracté, sans traces d’hésitations et avec le lot habituel d’erreurs de débutantes : mauvais caps, oubli de compter les kilomètres etc : le 164, le 166 et le 162 sont partis trop au sud. Le 193 vient de comprendre son erreur et rectifie. Le 180, lui aussi trop au sud est visiblement en train de faire un point.

 

INFO RALLYE 15:00 : Premières balises validées

Les premières balises de cette édition ont été validées par le 133 et le 134. 135 et 136 sont elles aussi en approche immédiate.

 

Du côté des Expertes, le 401 est le premier équipage à checker sa balise.

 

Dans cette catégorie, 2 choix stratégiques se sont dessinés : la moitié des effectifs a opté pour une passe du relief à l’ouest, l’autre moitié dont fait partie le 407, vainqueur l’an dernier, ou le 409, ont décidé de tirer plus à l’est, une option moins rapide. Par contre, bien difficile de savoir quel parti sera le plus gagnant en termes de kilomètres. En tous cas, cela se jouera comme il est de coutume pour cette catégorie, dans un mouchoir de poche.

INFO RALLYE 14:50 : Le prologue exercice grandeur nature

Le départ continue de se dérouler sans encombres. Pendant ce temps, les premiers équipages expérimentent (ou retrouvent, selon leur nombre de participations) les sensations du terrain.

 

Globalement, ces premières trajectoires sont cohérentes, avec des choix variés. Le 104, le 105, le 107 ont pris le parti de tirer droit au cap.


Le 108 ou le 102, eux, ont choisi de contourner le massif montagneux au plus proche.

 

Déjà quelques erreurs apparaissent, ce qui est bien normal puisque ce prologue sert d’exercice grandeur nature à des Gazelles dont 70 % participent pour la première fois. C’est le cas pour le 161 qui effectue un parcours bien rectiligne…mais en direction de la mauvaise balise.


INFO RALLYE 14:00 : Premier départ

Premier départ du Rallye pour bon nombre de participantes

 

« Ça y est, on y est ! »



Les équipages du 27ème Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc sont enfin arrivés sur le bivouac de Mdouara.

 

Elles ont petit à petit pris leurs marques, le sourire aux lèvres, dans le bivouac même si cela n’a pas été simple pour tout le monde, comme Valérie et Sarah, de l’équipage 106, un peu perdues au départ face à la taille du bivouac.


« Ça y est, on y est ! », se réjouit Véronique, de l’équipage 101. Sa coéquipière Alexandra, elle, a tout de suite cherché la tente Espace Messagerie Orange dans laquelle elle allait pouvoir récupérer son courrier tous les soirs. « C’est un véritable soutien, on en a besoin », souligne-t-elle. Sous la tente restaurant, les Gazelles qui ont récupéré leurs cartes commencent déjà à tracer leur route, boussole à la main.


Elles ont ensuite reçu le briefing du prologue, qui constitue un démarrage en douceur avant le début des étapes demain mais un début déjà important pour les Expertes dont le classement du jour comptera pour le classement final. Avant de partir, les participantes ont pris la pose pour la photo de groupe officielle, symbolisant le signe infini pour « Infiniment Gazelles ».


A 13h50, elles étaient déjà toutes installées derrière leur volant, prêtes pour le grand départ, comme Linda et Stéphanie de l'équipage 172. « Je me sens à ma place, je suis fière d’être là », se réjouit Linda, « anormalement bien » avant le début du prologue. Pour les deux Laura de l'équipage 184, il y a « moins de pression que la première fois » car elles ne partent pas « à l’inconnu » puisqu’elles ont déjà participé au Rallye Aïcha des Gazelles en 2014.

Infiniment Gazelles



316 femmes prêtes à affronter le désert...
Le Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc 2017 peut démarrer !

PROLOGUE : Mercredi 22 mars 2017



PROLOGUE (Mercredi 22 mars 2017)
MDOUARA / MDOUARA – km idéal 45 km – temps estimé 2h30 – 3 balises
Étape en boucle


Le drapeau signalant le départ du 27ème Rallye Aïcha des Gazelle du Maroc va s'abaisser.
Des mois à préparer le projet … Des kilomètres parcourus afin de s'aguerrir à la conduite hors-piste … Des heures de réviser la lecture de carte et poser son œil sur le viseur de la boussole.
Maintenant il est temps de gouter le désert marocain … Le temps de vivre son rêve et pas seulement de l'imaginer.

Aujourd'hui c'est le prologue, une sorte d'exercice grandeur nature. Sans grandes difficultés aujourd'hui puisque les espace sont ouverts et les reliefs bien identifiables. Ce prologue est là pour pouvoir enfin mettre des "visages sur des noms". Jusqu'à présent reconnaître ou apprécier un relief, un oued, une zone sableuse sur la carte faisait appel à l'imagination… maintenant la montagne est devant !

Si les premières fausses routes vont sans doute se profiler, rien de rédhibitoire cependant puisque ce prologue sert "uniquement" pour établir la grille de départ du lendemain… Enfin pour la catégorie EXPERTE, la compétition aura elle, bien commencé et le "compteur" de pénalités sera ouvert !

Première expérience de la gastronomie marocaine pour la plupart, première récit d'aventure et première nuit au bivouac. L'aventure ne fait que commencer !





Partenaires