Étape 1

En vidéo: Etape 01

Ne dormiront pas au bivouac ce soir…

 

…les équipages 134, 205 et 215. Bloqués par la nuit tombée et trop éloignés du bivouac, les équipages montent la tente pour la nuit. Au programme de la soirée : petit bivouac improvisé avec repas à la lampe frontale et nuit sous la tente… au beau milieu de nulle part !

Pas d’inquiétude cependant, le PC Course coordonne le positionnement des véhicules d’assistance mécanique et médicale, parés à intervenir en cas de besoin. A quelques centaines de mètres seulement de leurs positions, les organisateurs vont veiller sur elles toute la nuit.

 

Aux premières lueurs de l’aube, les Gazelles qui auront passé la nuit au grand air retrouveront leurs repères et pourront reprendre leur progression vers le bivouac de Nejjakh.

Leur objectif sera de prendre le départ de la 2ème étape avant 12h, heure de fermeture du départ, sans quoi elles seront considérées "hors classement", c’est-à-dire qu’elles pourront encore prendre le départ des étapes mais ne seront plus enregistrées au classement. Quoi qu’il en soit, nous ne pouvons que leur souhaiter une excellente nuit sous la voûte étoilée !

 

Journal de l'étape 1

 

C'est aujourd’hui que les jeunes gazelles plongent dans le grand bain avec une première étape d’une durée minimale de 10h15 et 135km (dans l’idéal). Cette dernière mêle toutes les difficultés... avec une relative indulgence. L’objectif consiste, au fil des 6 CP (contrôles de passage) à mettre les équipages en condition. Une version longue du condensé qu’était hier le prologue.

 

Ce dernier a d’ailleurs encore une fois prouvé toute son utilité, la plupart des gazelles l’ayant exploité avec profit : pour le 212 (Gaëtane LAUNAY et Karine ENGEL - Bolloré Africa Logistics), il a permis par exemple d'instaurer une confiance en elles-mêmes mais aussi une confiance mutuelle.

 

Pour le 22 (Peggy PERNAUDAT et Floriane BERNABEU - RDAI) "On a pu appréhender les limites du véhicule et comprendre les reliefs. Nous n’avons fait que deux balises pour nous économiser. Mais aujourd’hui, on va prendre plus de risques sans s’écœurer pour autant" témoignent les deux sœurs.

 

Dès la sortie du bivouac, Gazelles -mais aussi organisateurs- ont commencé à manier pelles et rails de désensablement dans les herbes à chameau. Quelques tankages vite résorbés, heureusement. Les équipages ont ensuite abordé un terrain roulant et ouvert, avec en toile de fond, les dunes de Merzouga : rosées par la lumière du matin, modelées de brumes bleutées,  elles évoquent la palette impressionniste.

Le premier CP a été vite rejoint sauf cas isolés comme le 146 (Ingrid SCHEERLINCKX et Carine LEPAGE - Suzuki - Club RTL) toujours à la recherche de sa première balise et immobilisé par une crevaison en tout début de matinée. Dans le secteur de Khorb el Atil, les équipes d’assistance médicale et technique attendent au croisement des pistes militaires, aux confins du Maroc et de l’Algérie. Au croisement des parcours E, B et D, ils sont à portée d’intervention. Même si les demandes sont en général rarissimes en début de journée -la gazelle étant d’un naturel opiniâtre- c’est le principe de précaution et de sécurité maximale qui prévaut sur le rallye.

 

Sans grande difficulté en terme de navigation et de franchissement, le parcours a permis aux débutantes et mêmes aux plus expérimentées de tirer les leçons d’erreurs minimes mais pénalisantes, comme le 162 (Marie TERRU et Michèle HORTOLA - Chavanne Michel) qui perd sa feuille de route, ce qui les pénalise "forfaitairement" de 80km.

 

Après le reg, noir, caillouteux, ouvert, la difficulté majeure de l’épreuve consistait à traverser l’oued el Refaya entre les balises 2 et 3 des différents parcours. A partir de midi, elles furent plusieurs à "se tanker"…et à pelleter sous une chaleur éprouvante. Le 231 peste comiquement  avec des mots d’oiseau, le 151 s’en sort grâce à l’aide du 193. Entre les balises 3 et 4, la silhouette reconnaissable entre toutes du Djebel el Beg’a se découpe sous le ciel clair. Elle  offre des points de repère aisément identifiables.

 

Dans la lumière rasante de l’après-midi finissant, sa beauté est également une récompense pour nos Gazelles : forteresse minérale dominant de sa masse à l’est, les ronde-bosses de l’oued émaillé par le vert doré des herbes à chameau et à l’ouest, les éboulis de silex luisants et de lave sédimentée. Au-delà de la conduite et de l’orientation, c’est aussi cela, le Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc : des paysages d’une beauté à couper le souffle.


 

INFO COURSE 18:30 : des balises comme des aiguilles dans une botte de paille

Alors que le soleil se couche sur le désert Marocain, 9 équipages sont encore dans la zone du CP3 à 70km du bivouac.

[...]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Lire Plus ...

INFO COURSE 16h50 : les premiers équipages sont de retour !

Les mécanos du bivouac n'auront fait qu'une bouchée du problème mécanique qui aura poussé le team 141 (Sylvie DENNINGER et Prune SALTI - Sunnydream) à rentrer au bivouac plus tôt que prévu. La voiture est réparée, testée, et prête à repartir. Prune, qui en est à sa 15ème participation, décide avec sa co-équipière Sylvie de ne pas repartir sur l'étape d'aujourd'hui.

 

Parallèlement, sur la ligne d'arrivée, un premier équipage s'avance entre les windflags aux couleurs du Rallye et de ses partenaires : le team 207 (Sylvie DELWALLE et Isabelle POLY - Phone Contact), qui en est à sa première participation, nous livre ses impressions à vif : "Les gens ne se rendent pas compte de ce qu'est le Rallye". Côté conduite, il faut "être tout le temps concentrées, échanger constamment avec sa copilote pour trouver le bon compromis entre les obstacles sur le terrain et le cap à suivre… je ne suis pas quelqu'un qui me laisse épater facilement, mais là, c'est une découverte de tous les instants, tout m'épate !"

Et le Rallye fait ressortir des émotions qu'elles ne s'attendaient pas à trouver ici : "Je voyais le Rallye à la TV, mais l'idée de devenir un jour une Gazelle ne m'effleurait même pas une seconde... une rencontre a fait qu'un jour, je me suis dit pourquoi pas, j'ai mis 18 mois à préparer le Rallye, et même dans les moments difficiles, j'ai toujours su que j'allais partir... je pourrais écrire un bouquin rien que sur ces 18 mois, et ce n'est que le début de ce qu'on va pouvoir raconter sur le rallye !" Avant d’ajouter le mot de la fin : "Et je crois qu'on aurait toutes une belle histoire à raconter !"

INFO COURSE 14:50 : les résultats de l'étape s'annoncent très serrés

Commençons cet INFO COURSE de la mi-après-midi par une bonne nouvelle : le team 232 (Thérèse LE BLEU et Marie MICHAUD - CEPPM - Expace), parti en cap opposé, s'est rendu compte de son erreur et retourne sur ses pas... direction le CP1. Un CP1 autour duquel se concentrent d'ailleurs les 12 véhicules en queue de course.

 

Tout au sud de la carte, le team 187 (Carole MONTILLET et Julie VERDAGUER - Axecibles) continue sur sa lancée et confirme sa volonté de briguer la victoire d'étape tout en s'enregistrant au général avec le minimum de kilomètres de pénalité possible. Mais rien n'est gagné d'avance, en témoignent les équipages 101, 120, 122 et 150 réalisant eux-aussi une très belle 1ère étape tout en ayant bien largement dépassé le CP4. Le gros de la course, quant-à-lui, se situe entre le CP3 et le CP4.

 

Pour atteindre les CP restants et retrouver le bivouac avant la tombée de la nuit, il reste encore 3 bonnes heures. 3 heures, c'est long, mais sur un terrain qui peut réserver des surprises, le temps peut s'écouler très vite. Tous les équipages rentreront-ils au bivouac ce soir ? ...réponse dans quelques heures...

INFO COURSE 11:50 : le 187 déjà au CP3

A l'heure où 80% des équipages se trouvent entre les CP 1 et 2, le 187 (Axecibles) est loin devant et a déjà atteint son CP3. A bord du Buggy, Julie Verdaguer et notamment la championne de ski Carole Montillet, gagnante en catégorie 4x4 l'an passé, comptent bien garder le titre qu'elles ont remis en jeu et prennent le cap vers leur CP4. Derrière elles, une trentaine de concurrentes progresse vers leur CP3.

 

Au nord, la 232 (Thérèse LE BLEU et Marie MICHAUD - CEPPM - Expace), sans doute victime d’une erreur de navigation, s'égare entre les ensembles rocheux au nord-est de la carte, alors que les coordonnées des check-points sont… au sud.

 

Côté mécanique, le PC Course vient de traiter une demande d’assistance de la part du team 141 (Sylvie DENNINGER et Prune SALTI - Sunnydream). Le mécanicien de l’assistance piste qui est intervenu sur le véhicule leur a conseillé de rentrer au bivouac pour faire réparer un problème d'alimentation de carburant.

 

Sous une météo finalement très clémente et un soleil radieux, la course continue sur un terrain de jeu idyllique : à l'est, l'Hamada du Guir se dresse comme une barrière infranchissable. A l'ouest, les concurrentes découvrent un spectacle grandiose : les majestueuses dunes de l’Erg Chebbi, plus communément nommées les dunes de Merzouga, où se déroulera en partie l'étape 3, première des deux étapes Marathon !

INFO COURSE 09:50 : les CP1 sont tombés !

En ce milieu de matinée, la plupart des équipages atteignent leur première balise… et récupèrent les coordonnées des 5 prochains CP sur les 6 que compte l'étape 1. Si les concurrentes ont pris du retard dans le passage d'un oued sablonneux, la course suit son cours et les équipages prennent en ligne de mire le CP2. Bien que les résultats du prologue ne comptent pas dans le classement général, il permet de donner le ton sur les équipages qui pourraient se distinguer pendant l’épreuve.

 

Côté catégorie 4x4/camions, le team 132 (Pascale DEMBSKI et Marinette LANGLAIS - GAN Assurances), qui avait fini le prologue en tête avec seulement 1,38 pts de pénalité, est passé trop au sud d'un ensemble rocheux. Pour atteindre son 1er CP, l'équipage aura donc dû contourner l'obstacle et accumuler des kilomètres de pénalité.

 

Chez les quads, RZR et motos, le team 20 (Dorothée LANGLOIS et France CLEVES - POLARIS BENELUX), gagnant du prologue avec 2,40 pts, est dans le même cas de figure : au lieu de remonter l'oued, les Gazelles passent trop au sud et n'ont d’autre choix que de reposer des points pour atteindre leur 1ère balise.

 

Enfin, du côté des Crossovers, l’équipage 310 (Sylvie HUSSON et Sophie GOSET - La Poste) confirme pour le moment sa performance sur le prologue de la veille, remporté avec 3,31 pts : en choisissant de contourner par le nord une zone de sable piégeuse, elle économise du temps et de l'énergie pour la suite du parcours.

INFO COURSE : départ de l’étape 1

 

Sur la ligne de départ, les concurrentes attendent le moment de se lancer à l’assaut des 6 CP de l’étape 1, au nom des Celliers de Meknès, partenaire de l’événement. Au signal de Souad Terrab, directrice communication des Celliers de Meknès, les pilotes font ronronner les moteurs dans un élan de poussière. Derrière, le team 133 (Stéphanie MOLLE et Anne BOSAK-DEMEESTERE - Groupe Etam) attend son tour impatiemment : "On a appris de nos...

Lire Plus ...

En vidéo: le départ du Rallye

Briefing sportif : une étape "pas très difficile"

 

eri_21032012_-0051.jpg

5h pétantes, la voix du directeur sportif de la course crépite dans le micro. Le but du briefing matinal : revenir sur la journée d’hier, et annoncer celle d’aujourd’hui. Et les choses deviennent plus sérieuses, puisque si les résultats du prologue ne sont pas comptés dans le classement, les kilomètres de pénalité de l’étape du jour y seront inscrits dès ce soir. Au programme : une étape "pas très difficile", "un panel de franchissements, de zones de sable, de longs caps à tirer, le tout sous une météo capricieuse, avec peut-être quelques gouttes de pluie." De la pluie dans le désert ? non-mais ! vous y croyez, vous ?

 

 

Un réveil... tout en douceur !

 

4h du matin, il fait encore nuit noire lorsque Dominique Serra, créatrice et directrice générale du Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc, circule entre les tentes de l’espace sommeil du bivouac pour réveiller ses Gazelles tout en douceur. Aussitôt démarre un balai de lampes frontales sous fond de symphonie de zip de tente : les concurrentes ont une heure pour se préparer et déjeuner, avant le briefing sportif prévu chaque jour à 5h.

Sous les tentes restaurant, le petit déjeuner est servi : les petits yeux s’ouvrent un peu plus après quelques gorgées de café ou de thé. Le team 196 (Séverine ARNAUD et Corinne ARMAND-GALLION - Modern Optique) en profite pour placer son CP1 du parcours A et témoigne : "Un peu difficile le réveil, car cette année, on a pris un matelas on ne peut plus confortable... difficile de le quitter !" Si la journée s’annonce longue, les deux Gazelles pleines de peps malgré l'heure matinale ajoutent : "On se sent prête aujourd’hui ! Avec un seul CP trouvé, on n’a pas performé sur le prologue, ca ne peut donc qu’être mieux aujourd’hui !"