Une conférence de presse aura lieu à Shanghaï, en Chine, le 27 juin 2017 à 14h au Morocco Lounge Restaurant

Descriptif d'étapes

ETAPE 5

NEIJAKH / MHAMID - km idéal 340 – temps minimum estimé 22h00 – Étape marathon

L’étape marathon s’effectue en 48h, à son rythme pourrait-on dire, mais il faut adapter sa stratégie aux distances à parcourir et vérifier soigneusement l’heure de fermeture des Cp. La première journée livre les gazelles aux vallées multiples, toutes plus belles les unes que les autres. La navigation est difficile, mais l’entraînement quotidien n’en fait plus un obstacle rédhibitoire. La région renferme des trésors de cailloux, et les pistes de mineurs sillonnent le terrain. Polies, certaines pierres noires se retrouveront un jour au cou des gazelles.
La première vraie difficulté, ou en tous cas, réputée comme telle, est le passage de l’oued Rheris. On aimerait d’ailleurs que « rheris » en berbère, signifie « maléfique ». C’est surtout, comme l’Oued Ziz, un passage obligé : très longs, ces canaux naturels d’irrigation (généralement temporaires) descendent de l’Atlas et se perdent en Algérie.
Mais où qu’on le passe, c’est toujours une petite victoire qui permet de goûter encore mieux de la sérénité des heures qui suivent. La deuxième partie de l’étape traverse des horizons parmi les plus beaux. Le terrain est roulant, la lumière toujours splendide, même par temps de brume ou vent de sable, et la navigation aisée. Les bivouacs du soir seront nombreux, « à la carte », et généralement très gais. Dormir sous les étoiles sans la pollution lumineuse du grand bivouac est ce qu’il manquait encore à l’expérience des gazelles.
Pour finir, l’étape marathon nous amène à Mhamid, par des chemins détournés qui, entre regs et zones dunaires, nous rapprochent de la vallée du Draa.


null