Nice : Stade Allianz Riviera - Vérifications France

De futures Gazelles très motivées



Près de 200 futures Gazelles se sont pressées au stade de l'Allianz Riviera, de Nice pour assister à une réunion d'information leur présentant le concept du Rallye Aïcha des Gazelles.

Grande nouveauté cette année, elles ont pu visiter, avec l’aide d’un guide, les ateliers dédiés aux vérifications techniques et ainsi anticiper les éventuelles questions qu'elles se poseront au cours de leur préparation. Un bon moyen également pour les aspirantes du Rallye Aïcha des Gazelles de se projeter dans l’aventure !

Dominique Serra, Directrice Générale de l'événement, rappelle l'essence de la course et les valeurs qui y sont attachées, à savoir le fair-play, la loyauté, la solidarité, la générosité… Elle rappelle que s’il ne faut pas être une grande sportive, la future concurrente doit toutefois être en bonne condition physique.

De son côté, Marina Vrillacq, la responsable équipages, donne aux Gazelles de précieux conseils pour démarcher les sponsors en vue de l’inscription et les met également en garde contre les écueils à éviter. Afin de se vendre au mieux et de récolter ainsi le plus de sponsors, les participantes ont eu droit à une conférence intitulée « Se faire acheter », dispensée par Alexandre Scher, intervenant de l’école de commerce HEC.

Avis aux intéressées, l’année prochaine le Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc se déroulera du 16 au 31 mars 2018 !

De généreux partenaires



Avant de passer par les vérifications techniques et administratives, les Gazelles reçoivent toutes plusieurs cadeaux de la part de certains partenaires du Rallye Aïcha des Gazelles : des chaufferettes Gan, des paires de lunettes Atol, des porte-clefs Transavia et Kraftwerk mais aussi un kit d’hygiène spécialement préparé pour le Rallye par Detercentre & Cleor.

Une santé de fer pour affronter le désert

 

Si l’état des véhicules du Rallye Aïcha des Gazelles est scruté attentivement, celui des participantes l’est tout autant.

Pour vérifier qu’elles sont en bonne santé, elles passent une visite médicale où les médecins vérifient leurs certificats mais aussi leurs trousses de premiers secours. Ces dernières doivent comporter des antalgiques, des pansements et autre matériel médical de base ainsi qu’une couverture de survie.

Les médecins présents ont aussi un rôle de prévention, ils rappellent ainsi aux Gazelles que le casque et la ceinture sont obligatoires, qu’elles doivent faire attention à bien s’hydrater. « On essaie aussi de les préparer à ce qui les attend dans le désert », résume le médecin Valérie Serra-Maudet.

Des véhicules scrutés à la loupe



Parmi les ateliers obligatoires, les Gazelles doivent passer sous l'oeil attentif des mécaniciens qui vérifient l’arrimage des affaires à l’intérieur des véhicules avant d’examiner le réservoir additionnel s’il y en a un (celui-ci lequel doit être conforme aux normes constructeur). La garde au sol est inspectée au millimètre près : elle ne doit pas dépasser 35 cm pour un 4x4 et 25 cm pour un SUV et un crossover. Si les dimensions ne sont pas respectées, les Gazelles doivent faire régler leurs amortisseurs et ce, dans un souci d’équité.

Cette étape passée, les mécaniciens installent l’Unik, un GPS qui fait office de compteur kilométrique. Celui-ci est relevé chaque jour par les commissaires de course car, rappelons-le, le but du Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc n’est pas d’arriver le plus rapidement mais de faire le moins de kilomètres.

A l’issue de ces vérifications, les mécaniciens remettent aux Gazelles le « carnet de santé » signé Kraftwerk du véhicule, qui sera mis à jour chaque soir au moment du retour au bivouac. L’objectif, pour les Gazelles, comme pour l’équipe technique, est de suivre les éventuels problèmes ou encore les réparations effectuées sur les véhicules.

Un stickage indispensable



Le stickage des véhicules est aussi un indispensable du Rallye Aïcha des Gazelles. L’objectif est de pouvoir clairement identifier le numéro des Gazelles mais aussi les partenaires. Des espaces sont d’ailleurs réservés exclusivement pour le sticker Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc qui doit obligatoirement apparaître sur le toit, devant et à l’arrière du véhicule.

Certains de ces stickers doivent également apparaître sur les casques des participantes, obligatoires, tout comme la ceinture pour des raisons de sécurité. C’est le meilleur moyen pour permettre aux journalistes, photographes, cameramen et membres de l’organisation de repérer chaque équipage sur le terrain.

Des rations élaborées



Pour survivre dans le désert pendant le Rallye Aïcha des Gazelles, l’alimentation est particulièrement importante.

L’organisation a prévu plusieurs tonnes de rations élaborées pour répondre aux besoins énergétiques des participantes.

Au menu : salades thaï, salades de pâtes, soupes, thé, café soluble, mais aussi des friandises comme du nougat que les participantes apprécieront sans doute en cas de coup de mou !

Certaines candidates ne prennent cependant pas ces rations pour des soucis de régime alimentaire, comme l’intolérance au gluten.

La sécurité avant tout !



Autre passage obligé de la journée : la formation IRITRACK. Sur cet atelier, les Gazelles sont particulièrement attentives, il faut dire que leur sécurité est en jeu ! L’iritrack est un dispositif relié à deux antennes satellites qui permet de géolocaliser les Gazelles et de suivre ainsi leurs déplacements.

Le boîtier est équipé de plusieurs boutons différents. Le bleu permet de téléphoner au PC Course. Si elles ont besoin d’une assistance technique, les Gazelles peuvent également appuyer sur le bouton vert mais cela leur coûte alors des points de pénalité car toute assistance extérieure est interdite. Enfin, le bouton rouge sert à réclamer une assistance médicale en cas d’urgence ou d’accident. En cas de doute, les participantes pourront toujours se reporter à la notice qui leur a été remise.

Au cas où le système Iritrack des Gazelles tombe en panne, celles-ci disposent d’un ultime moyen de secours : la balise Sarsat. Habituellement utilisée pour les courses en mer du type Vendée Globe ou des expéditions extrêmes, cette balise GPS est à déclencher en situation d’urgence absolue.  Lorsqu’elle est déclenchée, elle envoie des signaux dans le monde entier et notamment à sa base à Toulouse, qui contacte alors le PC Course pour l’informer qu’un équipage est en détresse et lui fournir les coordonnées où intervenir.

Une navigation à l’ancienne


Les ateliers sont scindés en deux : à l’intérieur on s’occupe de l’administratif et à l’extérieur de la technique. Les vérifications administratives commencent par la déclaration des matériels non autorisés.

 

Le Rallye Aïcha des Gazelles impose une navigation à l'ancienne avec boussole et cartes. Exit donc, évidemment les téléphones, mais aussi les GPS, les jumelles, les appareils photos type Reflex, les compas électroniques et les iPods… Ces appareils électroniques doivent donc tous être déclarés sur l’honneur.

 

A l’issue du prologue, chaque équipage devra les remettre à l’organisation. Il ne les récupèrera qu’à la fin de la dernière étape. Seuls doivent figurer dans les outils des gazelles : le road-book distribué lors de chaque étape, la carte de l’étape en cours et son kit d'orientation.

 

Cela signifie aussi que pendant quelques jours, elles seront privées de tout moyen de télécommunication. Et gare à celles qui auraient volontairement (ou non) oublié de remettre leur matériel !

 

Des commissaires vérifient aléatoirement les matériels et les sanctions peuvent aller jusqu’à l’exclusion du rallye.

 

Un gilet fétiche



Cette année, 73% des Gazelles participent pour la première fois à l’aventure, c’est le plus haut taux de nouvelles depuis la création du rallye il y a vingt-sept ans.


Dès leur arrivée, on leur remet un gilet officiel, jaune safran cette année, sur lesquels on retrouve les écussons des partenaires principaux.

 

Sur les gilets des Gazelles figurent également les armoiries du Royaume du Maroc. C’est un véritable privilège car le Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc est le seul événement automobile à pouvoir les arborer. Elles rappellent les valeurs de respect dues à ses terres et à ses habitants.


Très important pour les participantes, les Gazelles porteront leur gilet avec fierté jusqu’à l’arrivée à Essaouira, une véritable seconde peau !


Les choses sérieuses commencent !


Les premiers équipages de Gazelles sont arrivés tôt ce matin au stade Allianz Riviera de Nice. Au programme de ce premier jour : les vérifications techniques et administratives, indispensables pour la suite de l’aventure. Avant de passer aux choses sérieuses, Dominique Serra, Directrice Générale de l’événement, rappelle à un parterre de Gazelles concentrées quelques éléments importants pour la suite et insiste sur la rigueur, notamment concernant les horaires sur le bivouac.

 

Marina Vrillacq, la responsable équipages, explique le déroulement de la journée et le fonctionnement des ateliers qui doivent attester la conformité des véhicules, étape indispensable pour poursuivre l’aventure.

 

Pour cela, les Gazelles ont reçu depuis longtemps un cahier des charges strict : les véhicules doivent répondre à de nombreux critères mais les équipages doivent aussi montrer patte blanche en fournissant un certificat médical ou encore en présentant une trousse de premiers soins obligatoire.

 

NICE : Vérifications techniques et administratives pour les équipages 2017



NICE : Vérifications techniques et administratives pour les équipages 2017 !

1er rendez-vous avec l’organisation au STADE de l’ALLIANZ RIVIERA de NICE pour une journée consacrée essentiellement aux vérifications techniques, administratives, mécaniques et au fameux stickage des véhicules aux couleurs du Rallye et de ses partenaires.

Objectif de la journée pour nos Gazelles : être prêtes pour le jour J demain pour la présentation des équipages et le départ officiel, samedi 18 mars à 15h au port de Nice, quai Infernet - France !


Partenaires