Étape 5 Marathon

Expertes 2ème marathon : de la casse au classement.

 

 

Quand Jeanette pleure, Carole rit avions nous écrit l’an dernier. L’inverse est vrai, à croire que la victoire aime se jouer des Expertes. L’an dernier, le 403 avait dû abandonner toute prétention sur ses rivales historiques du 407, à cause de la mécanique.


Lire Plus ...

La fatigue et l'émerveillement au programme du 2e marathon

Mardi, les Gazelles sont parties du bivouac pour une deuxième étape marathon à l'assaut d'un nouvel erg de dunes, de Chegaga. Mais la journée a mal commencé pour certains équipages qui se sont rapidement ensablés dans des petites dunes, comme la 135 qui s'en est sortie grâce à l'aide de l'équipage 117.

 

 rag170327_leg4_nic_020169_resize.jpg rag170328_leg5_nic_030008_resize.jpg


Arrivé peniblement en balise 1, l'équipage 150 se dépêche de reprendre son cap pour rattraper son dernier marathon. La veille, en effet, Bérengère et Aline n'ont pas pu arriver en balise 7 à temps après avoir dû demander deux assistances mécaniques, aujourd'hui pas question de traîner. Même empressement chez les Gazelles de l'équipage 236. "On n'était pas particulièrement motivées ce matin mais maintenant qu'on est arrivées à la première balise, ça va beaucoup mieux", raconte Estelle qui explique également qu'elle et sa coéquipière ne tiendront pas forcément le cap pour priviliégier la sécurité car la fatigue se fait sentir.


Lire Plus ...

INFO RALLYE 23:30

Les équipage 115, 136 et 231 sont sur le chemin du retour : aucun équipage ne dormira dehors en cette fin de 2ème étape marathon !

INFO RALLYE 20:30

150 équipages sont arrivés au bivouac. Les équipages manquants pour le moment à l'appel, au nombre de 8, sont les : 136, 146, 147, 163, 215, 231, 233, 235.

INFO RALLYE 19:30

La nuit est en train de tomber. 25 équipages n'ont pas encore validé leur arrivée au bivouac de Foum Zguid.

INFO RALLYE 16:00

A la sortie des dunes après le Lac Iriki, 8 équipages ont validé leur passage à la balise 7 du parcours D : le 230 à 8h50, qui a dû opter pour le parcours classique, le 154, le 141, le 175, le 21, le 224, le 199 et le 225, il y a une demi-heure.

Au CP 7 CES, 13 équipages sont passés dans la même plage horaire qu'au CP 7D dont le 312, le 166, le 158. Les 1ères du classement, 213 et 207 ont validé leur 8X à la sortie des dunes et filent vers leur CP9. Belle course pour elles !

Le leader des expertes, le 403, file au cap vers le 9X. Elle est à 35km du bivouac.

INFO RALLYE 13:00



À la balise 6 CDS, a 13 h, seuls 12 équipages sont passés parmi lesquels le 310 pour les crossovers. Le 230 est passé à 7h ce matin, et le 225 à midi. Une grande amplitude qui reflète les multiples options et aléas de la marathon.



Boulversement chez les expertes !

Le 407, second au classement général, est contraint de faire appel à l'assistance : 4 goujons de roues sont sectionnés. Le 401 a également eu un problème de roue arrachée et a aussi fait appel à l'assistance. Du sport dans le classement ce soir !

INFO RALLYE 12:30

Nombreux tankages, et énervements dans les dunes que le parcours oblige à prendre à l'envers ce qui est plus difficile à franchir. Bilan provisoire de la matinée : la course avance très lentement.

 

Petit accrochage entre le 169 et le 185. Plus de peur que de mal, seule une vitre arrière est brisée pour le 169.
Léger accrochage également pour le 146 et 207 : radiateur K.O. pour le 146, ce qui nécessite une assistance mécanique.



Côté expertes, bilan mitigé aussi : le 410 a fait un petit jump que son pare brise n'a pas apprécié. Le problème mécanique a contraint l'équipage à faire appel à l'assistance.

Le 438 s'est tanké devant la balise 6F, le 407 l'a aidé et c'est reparti : à 10h40, ils se dirigeaient vers leur 7F. D autres expertes comme 420, le 405, le 403 étaient passés environ 1h avant.
Le 409, à l'approche de la balise a un peu le moral dans les chaussettes : "On a du laissé le 408 derrière nous qui en bave autant et qui ne démarrait plus. Et maintenant, on est toutes seules donc si on se tanke, on ne peut pas s'aider mutuellement. C'est dur ce matin, le sable est mou, les dunes sont à l'envers...Il n'est que 11 h et j'ai l impression que ça dure depuis 1 journée entière !" Ca ira mieux à la sortie de Chegaga...!

INFO RALLYE 11:30

Le 115, 172, 178 et 426 rentrent directement au bivouac après être passé au CP4. Le 422, suite à un problème mécanique, est lui aussi en direction du bivouac.

Le 156 et 203 viennent, eux, de checker le CP6.

Le 221 et 230 approchent du CP9. Parmi les équipages n'ayant pas choisi le parcours X, ce sont les plus avancés.

INFO RALLYE 8:30

La plupart des équipages se situe entre le 4 et le 5X/6F. Le vent s'est levé et les conditions deviennent pénibles pour ceux qui se tankent et doivent pelleter.

Côté Expertes
, le 405 est le plus avancé : il se situe à 1,7 km à l'Ouest du 5X.

ETAPE 5, 2ème journée MARATHON : Mercredi 29 mars 2017




JOUR 2 :

La matinée du lendemain sera consacrée au sable … encore !
Quel que soit le parcours choisi, les Gazelles traverseront l'Erg avec plus ou moins de difficulté, avec comme espoir d'apercevoir des Gazelles… mais cette fois les vraies…
La dune du Diamant (celle que nous appelons aussi la dune d'Ivan) surveillera les Gazelles durant toute leur progression… ou leur pelletage !
Après ce sera le Lac IRIQUI. Ne pensez-pas que les équipages pourront se prélasser sur ses berges. Ici point d'eau (enfin théoriquement) mais une traversée de plus de 10 km d'un espace lisse et propice aux mirages… La montagne devant n'aura pas de pieds et elle semblera immerger d'une zone d'eau immense.

Il faudra batailler contre la chaleur toute la journée pour ne pas perdre la lucidité. Les reliefs grandioses du M'daouer vont s'illuminer en fin de journée pour accompagner nos Gazelles. Mais sauront-elles apercevoir le soldat sumérien ?
Enfin le bivouac. Celui qu'entre nous, nous appelons le bivouac dans la savane … Même si, on vous l'accorde, nous sommes un peu trop nord pour cela, la ressemblance est frappante.
Repos … avant l'étape du lendemain … une toute dernière aventure.



INFO RALLYE 17:00

Le 208, qui a eu un problème de durite ce matin avant la 1ère balise, l'a checkée et est venu valider la 4 directement par les pistes pour ménager son véhicule. Seulement, le problème est réapparu avant le CP4 et il a de nouveau dû faire appel à l'assistance mécanique.

S'il veut poursuivre son étape marathon, il est en effet impératif qu'il valide ce 4ème CP. Ambiance : au découragement mais il s'accroche.

Il s'avère que le problème réside plutôt dans un suintement de la boite de vitesse automatique qui demanderait à être démontée.

INFO RALLYE 15:00

La majorité des équipages se trouve à leurs 3ème CP respectifs. La course suit une bonne progression. Direction l'Ouest pour gagner la 4 où les équipages devront opter pour un parcours X plus engagé dans les Dunes de Chegaga ou un parcours plus simple qui leur évite de pénétrer au coeur de l'Erg. Mais ça, c'est encore une autre histoire...

Les expertes, elles, ont piqué au Sud et sont à l'approche de leur 4ème CP.

INFO RALLYE 14:15

Aucun équipage n'a encore validé sa 3ème balise chez les crossovers. Un seul équipage juché sur le toit de sa voiture scrute les alentours : le 156 s'est trompé de balise !

INFO RALLYE 13:30

4 équipages viennent de valider leur 3ème balise, celle des parcours A et Expertes : 407, 408, 409, 420. Elles ont été rejointes par le 208.

INFO RALLYE 12:00

Les équipages 154, 215 et 224 se sont trompés de balise : "Mais, chouchou, le cap, c'est là-bas, pas là-bas !"

INFO RALLYE 11:00

Les équipages 401, 408, 409 et 422 poursuivent leur stratégie : privilégier le facteur temps et non la ligne droite. Du coup elles sont les plus avancées du parcours et se trouvent à mi-chemin de leurs CP2 et 3.

Les autres expertes, mis à part le 426 qui économise son véhicule endommagé, jouent le cap, rien que le cap.

Il faut s'attendre à une concentration extrême de l'équipage 407 qui s'est laissé distancer au classement général avec un écart qui l'éloigne de la 1ère place détenue par la team 403.

INFO RALLYE 10:30

Une 50aine d'équipages progresse désormais vers leur CP3, en se dirigeant à l'Ouest dans le vaste Oued du Draa.

INFO RALLYE 10:00

Comme redouté, le vent se lève et avec lui le sable. Entre la lumière blanche qui écrase les reliefs et le sable qui voile le terrain, la navigation qui n'offrait déjà que peu de repères visuels sur les trois premières balises, risque d'être plus compliquée encore.

Du reste, la plupart des équipages se trouve entre leur CP1 et leur CP2, avec déjà une demie-heure de retard sur le temps estimé.

A l'arrière de la course, deux équipages n'ont pas encore atteint le CP1 : le 197 et le 222 risquent bien de râter une balise, à ce rythme.

Catégorie crossover : l'équipage le plus avancé se trouve à 12km de son 2ème CP, sur le parcours S.

INFO RALLYE 9:30

Les balises 2 n'étant guère distantes de plus de 2km les unes des autres, il est fréquent ce matin qu'une gazelle se laisse attirer par l'oriflamme rouge... Raté ! Ca n'est pas le bon CP. C'est le cas du 188 et du 163.

Dans la série petits ennuis si près du but, le 236 s'ensable à 10 mètres de sa balise : elle est sanglée par le 223, sous les yeux du 147.

INFO RALLYE 8:30

L'absence de repères visuels devant soi est la principale difficulté du début d'étape entre la balise 1 et 2.

La team 150 a ouvert le bal en validant en premier le check-point 2C. Un début d'étape encourageant pour cet équipage qui lors de la 1ère journée de l'étape 4, avait eu recours 2 fois à l'assistance pour se sortir de 2 tankages successifs. La 206 arrive à la balise dans la foulée, avec le même état d'esprit . La journée sera longue et sableuse.

INFO RALLYE 8:00

Les équipages progressent et se répartissent  entre leurs CP 1 et 2. Déjà  des premiers tankages dans les dunettes qui composent l'essentiel de ce parcours matinal. Les équipages 143 et le 208 ont lancé  un appel assistance. Quant au 163, affecté au parcours D,  s'est trompé de balise en rejoignant la 2C au lieu de la 2E : "Trop de kilomètres peut-être et un léger déport de cap mais on ne galère pas. Pas encore !"

INFO RALLYE 7:45

Étape 4 : seul l'équipage 222 n'a pas validé son arrivée au bivouac d'Oulad Driss.

Changement de Bivouac



Le bivouac déménage au bivouac de Foum Zguid. La fréquence des "infos rallyes" sera très limitée jusqu'à réinstallation de la cellule web dans la soirée. Le suivi sur carte reste bien entendu disponible. Merci de votre compréhension.

Au briefing ce matin



Les organismes commencent à être soumis à dure épreuve, après la longue et éprouvante marathon d’hier que les conditions météos n’ont pas contribué à adoucir, bien au contraire. Aujourd’hui, elles devraient être meilleures, notamment en fin de journée ce qui promet au moins un bivouac plus agréable que celui d’avant-hier soir.

Au programme, des dunes, et encore des dunes demain : celles de Chegaga, très différentes de celles de Merzouga. Pour autant, elles requièrent les mêmes conditions de sécurité que le directeur sportif rappelle : faire attention à ce qui se trouve derrière, se signaler quand on est dans un creux, ne jamais s’éloigner hors de vue de son véhicule…

Et puisqu’il y a plus de dunes, il y a aussi moins de kilomètres et moins de balises… Les Gazelles paraissent soulagées et pourtant… La durée de parcours ne devrait pas être moins longue pour celles qui gèrent encore mal la conduite sur sable !

Une nouvelle étape marathon pour les Gazelles

 

Ce matin, au petit-déjeuner, les Gazelles affichent une mine fatiguée. C'est le cas de Lydia, de l'équipage 213. "C'est toujours dur de démarrer le matin mais après les 10 premiers kilomètres on oublie la fatigue et on se lance !". Peggy, de l'équipage 146, en profite pour ouvrir son cadeau quotidien que lui a préparé son mari avant de partir pour la soutenir.



Plus loin, les Gazelles se pressent devant le tableau d'affichage du classement avant de partir pour une nouvelle marathon. C'est le cas de Marie-Hélène et Claire, de l'équipage 114, qui sont "agréablement surprises" de se classer à la 10ème place du classement journalier. Stéphanie, de la team 107, troisième du classement se la joue modeste et "attend de voir comment les choses évoluent".



Marie-Christine, de la team 210, elle, ne s'intéresse pas au classement. Son objectif du jour est d'aller jusqu'au bout de la marathon car la veille, n'ayant pas pu arriver à temps en balise 6, elle a dû rentrer au bivouac.

ETAPE 5, 1ère journée MARATHON : Mardi 28 mars 2017



ETAPE 5 (mardi 28 mars et mercredi 29 mars 2017)
OULAD DRISS / FOUM-ZUID - kilométrage idéal 230 km - temps estimé 18h - 11 balises
Étape marathon

Qui ose dire que le Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc n'est pas un évènement sportif à part entière … La seconde étape marathon succède à la première qui elle-même succédait à l'étape des dunes. Encore deux jours pour venir à bout de ces 5 "journées folles".

JOUR 1 :

La région de MHAMID, ses hommes bleus, son sable, ses collines, son oued Draa… et ses tempêtes !
Le vent, l'ennemi de ces deux jours. Déjà la navigation n'est pas aisée mais quand les éléments s'en mêlent alors tout se complique.
Cohésion parfaite attendue dans le véhicule. La navigatrice devant toujours se repérer et garder bien à vue les reliefs du vieux djebel. La pilote devra toujours recaler son cap car ici on ne met pas les roues où l'on veut, mais où l'on peut. Des dunettes innombrables interdisent tout le temps de garder un cap. En mer, on appelle cela la dérive mais ici pas de courant, juste des petits tas de sable mesurant à peine plus de deux mètres qui vous pousse, vous pousse, vous pousse… Ici encore plus qu'ailleurs au Maroc, on ne compte pas les déplacements en kilomètre mais en temps.

En fin de cette première journée, les meilleures attaqueront les dunes. L'erg est moins impressionnant que celui de MERZOUGA, mais cela n'est vraiment qu'une impression.
Quoiqu'il en soit, toutes dormiront sur le sable ce soir. La soirée sera belle c'est sûr. Il faudra profiter de ce calme et encore une fois des étoiles. C'est la dernière nuit … entre Gazelles.

Partenaires