Étape 3

INFO RALLYE 21:45

Les équipages 137, 140, 155 et 205 se dirigent vers le bivouac pour y passer la nuit.

L'équipage 165 devrait passer la nuit hors du bivouac, sous la bonne garde d'organisateurs.

Les Gazelles sous le charme des dunes de Merzouga

Arrivées au pied des dunes de Merzouga, les Gazelles oscillaient entre angoisse et excitation, y compris les expertes. Il faut dire que cet erg, d'une longueur de 22 kms et de 5 kms de large, est très impressionnant. Son plus haut sommet, Chebbi, est le plus haut du Maroc.


 dunes-2.jpg 107.jpg


"On appréhende un peu car on va être obligées d'ouvrir", déclarent les 2 Sandrine de l'équipage 422 avant de se lancer et d'ouvrir la voie aux autres équipages. Pendant ce temps-là, une Gazelle de la team 107, installe fièrement son drapeau canadien au-dessus de sa voiture. "J'ai trop hâte de commencer pour avoir peur", s'enthousiasme ainsi Stéphanie. Les appareils photo des Gazelles sont de sortie. "C'est beau", "c'est magnifique", "c'est incroyable", entend-on de part et d'autre pendant que les équipages dégonflent leurs pneus, sur les conseils de Ludovic Taché, le Directeur sportif de l'épreuve.


Lire Plus ...

Les expertes au coude à coude

rag170325_leg3_jul_020007.jpg rag170325_leg3_jul_020277.jpg

 

On dit que les dunes bouleversent toujours le classement mais au vu des premiers résultats du podium, les changements restent assez minimes. Anne-Marie Borg (403) bat des mains comme une petite fille dans le bureau du classement ou ses résultats sont calculés. L’équipage n’affiche que 7,01 km de plus par rapport au kilométrage idéal : A fond dans la compétition, elle demande qui a fait mieux. Carole Montillet- Sylvie Freches. Damned ! Mais la première du podium confisque encore ce soir sa place :  Même si le 407 a fait mieux (de 100 mètres !), le 403 garde 1 km de mieux par rapport à la ...


Lire Plus ...

INFO RALLYE 19:00

 

Le 204, avec Christelle à son bord, une « Cap Fée » devenue Gazelle, attend patiemment son tour dans la file de Gazelles devant la ligne d’arrivée. Contente et un peu vannée « On en a un peu bavé mais ça me va d’en baver. C’est dans mon caractère. C’est sûr que c’est plus dur que le Cap Fémina : on ne fait que les aborder, là, on rentre vraiment dedans » témoigne la bretonne qui a choisi avec sa coéquipière le parcours Y.

Le 165 incapable de sortir du bac à sable en 2 roues motrices sera sorti des dunes par l’assistance mécanique à cause de son cardan cassé. Il sera donc hors classement.

INFO RALLYE 18:00

Il reste encore une quinzaine d’équipages dans les dunes. La plupart se situent entre les CP 5 et 6. Il leur reste une demi-heure pour la checker. Parmi eux, le 212, le 165 qui a un cardan cassé et va essayer de sortir, mais c’est difficile pour elles. Le 137, le 157, le 205, le 217, le 125, le 135, le 164, le 166, le 201, le 215 et le 197 font aussi partie de ce groupe.  
Les Gazelles qui se trouvent le plus à l’arrière, dans les alentours de la balise 4 ressortent par l’Est. A quoi bon continuer ? La balise 5 est fermée. Elles ne pourront pas faire mieux pour la journée.

La 311 est posée depuis ½ heure dans les herbes à chameau, c’est dommage. Elle est à 50 mètres de la sortie des dunes.
Le 170 tanké lui aussi attend l’assistance.

Nos Expertes sont rentrées pour plus de la moitié d’entre elles. Le seul risque pour elles dans cette épreuve, c’est un aléa mécanique et il n’y a en a pas eu pour le moment.

 

INFO RALLYE 16:30

Le team 209 est un peu déprimé. Il a commis plusieurs erreurs, s'est perdu, a effectué pas mal de kilomètres supplémentaires avant de retrouver le bivouac : « dégouté ».

 

24 équipages sont rentrés : au programme, un petit tour à la mécanique pour la voiture et une douche pour la détente. Le 422 est arrivé, plusieurs Expertes le suivent : 420, 409, 408.

 

Le 115 est coincé dans un chaudron, il est aidé par l’organisation, ce qui lui vaut une pénalité pour assistance mécanique.

 

Un jeu qui en vaut la chandelle

rag170325_leg3_chr_010114.jpg rag170325_leg3_chr_010121.jpg

 

L’étape des dunes de Merzouga, dite étape MDJS est bien nommée : il faut en effet avoir l’esprit joueur pour s’y attaquer. Cette épreuve la plus attendue et la plus réputée du Rallye Aïcha des Gazelles demande en effet de savoir bien maîtriser ses nerfs : au bout de 5 pelletages, il est permis de craquer ! C’est ici, dans l’erg Chebbi que se trouvent les plus hautes dunes du Maroc.

 

Sur 10 km de large et une vingtaine de longueur, certaines culminent à 250 mètres et forment des murailles de sable doré truffées de « chaudrons » impressionnants. Des cratères dont les flancs ont la fâcheuse tendance, à mesure que la température grimpe, à devenir de moins en moins porteurs. Il vaut mieux bien calculer sa trajectoire pour passer ces dunes, savoir doser l’accélération et le frein moteur.

 

rag170325_leg3_chr_010102.jpg rag170325_leg3_chr_010129.jpg

 

Aujourd’hui, contrairement à l’an dernier, les Gazelles pourront profiter de conditions méterologique favorables : le vent très froid rend les dunes plus dures au lieu de les transformer en semoule ! Malgré l’endurance que cette étape MDJS demande, ses moments de galère inévitables pour les moins expérimentées et les nombreux appels d’assistance,  elle constitue une expérience inoubliable. 

 

INFO RALLYE 14:00

Le 216  franchit la  ligne d’arrivée à 14h. Elle est la première arrivée : bilan, pas de tankage, de supers moments dans les dunes et deux petits regrets  : celui de n’avoir pas tenté le parcours Y ( au lieu du Z) et d’avoir commis une légère erreur d’appréciation en arrivant au bivouac.

INFO RALLYE 13:30

Alors que certains équipages sortent des dunes comme le 158, le 202, le 150, le 221, le 129 ou encore le 23 et le 24 chez les Quad, d’autres sont en train d’y entrer et d'autres jardinent toujours énormément comme le 170.

Le 182 et le 211 qui ont dormi en dehors du bivouac et sont partie en milieu de matinée.

Le cœur de la course se trouve entre le CP 3 et le CP 5.

INFO RALLYE 12:30

Les Gazelles ont le goût du risque : le parcours Z a regroupé une quarantaine d’équipages dont le 216 qui s’est envolée jusqu’à la balise 7 et qui peut-être doit se mordre les doigts de ne pas avoir opté pour le Y.

Le parcours Y a fait le moins d’émules. Les Gazelles ont dû estimer que quitte à prendre le risque de pelleter dur, autant valait-il mieux opter pour le parcours X qui n’engendre aucune pénalités. Et puis c’est une vraie fierté ! C’est compliqué pour une vingtaine d’équipages comme le 220, le 100, le 192, le 234, le 155, le 40, le 124, le 164 ou encore le 178, à l’arrière de la course, autour de la 2ème balise, mais ca déroule bien entre le CP 3 et le CP 4, avec une trentaine de véhicules.
Enfin, le parcours X totalise environ 80 équipages, dont évidemment les 11 Expertes.

A 12h00, le 118 revient au bivouac après être allée chercher la balise 1 X, il avait ce matin un problème de reconnaissance de clé de contact. Le 216 a terminé le passage des dunes, dunes qu’il a littéralement survolé. Comme il a largement le temps pour achever sa dernière balise, il est allé à Cœur de Gazelle. Belle journée pour lui.


INFO RALLYE 10:30

Côté quads, le 23 et le 24 approchent de la 5X ou Y. Un bon rythme !

 

Sur le parcours  Z, 3 équipages sont en approche du 5.  La majorité des équipages se trouvent au nord de la 4Y

 

Le 234 dont c’est la première participation et le 180 viennent de lancer un appel assistance.

 

Le 310 a raté son parcours en jardinant sans cesse. Elle perd beaucoup de temps. Elle est à l’exact opposé de son parcours, et se  dirige vers le village de Cœur de Gazelle. Volontairement ou non ?

 

INFO RALLYE 8:30



La 223 et le 211 qui ont dormi à l’extérieur du bivouac sont à Erfoud et devraient rejoindre le bivouac d’ici une heure.

La 200 qui a elle aussi dormi dehors, vient de revenir.



Côté crossover, qui aujourd’hui, auront pour paysage le pied majestueux des grandes dunes :
Le 310 est comme d’habitude perplexe et jardine. Les précédentes journées ne lui a pas permis de s’améliorer et c’est dommage pour lui.  La 311  vient de valider son 1er CP avec un joli tracé. Le 312 est bien partie et se trouve à mi-chemin de son 1er CP. Le 322 qui est le seul de sa catégorie a avoir déjà participé s’est rallongé bien inutilement pour checker son 1er CP. Elle a descendu un cordon de dunettes au lieu de prendre la piste parallèle qui y menait directement. A moins qu’elle n’ait voulu s’amuser dans le sable.



Le 207, très concentré depuis le début du rallye et qui vise le podium depuis le début de son 2ème Rallye ne lâche toujours rien : lui qui était second hier au classement avec seulement 800 m d’écart effectue un tracé d’une rectitude absolu jusqu’à ses 2 premières balises. Elle atteint la 3ème, point d’entrée des dunes les plus hautes. Quant à son challenger, le 213 il est à parier qu’il défendra chèrement sa faible avance pour réitérer sa victoire de l’an dernier du moins pour Régine Zbinden (4ème participation cette année) et qui embarque avec elle cette année une nouvelle coéquipière.

Petit abécédaire des dunes



Les dunes
étant un terrain très particulier exigeant une technique plus proche de celle du surf -mais avec un 4x4 qui pèse en moyenne 2 tonnes- il existe plusieurs parcours à la manière des pistes de ski. Le niveau le plus engagé est constitué par le X. Imaginez la difficulté d’une piste noire : les plus hauts sommets, les devers les plus impressionnants, c’est par là. Un parcours réservé donc d’office aux Expertes et à celles des autres Gazelles  qui se sentent suffisamment à l’aise sur le sable et  souhaitent relever un défi mythique.

Le Y est un parcours intermédiaire : il ne va pas chercher les plus hautes dunes mais demande une bonne technique pour avoir l’intuition des bonnes trajectoires.

Le Z enroule une suite de dunes qui sont largement suffisantes pour s’ensabler. Contrairement à celui de l’an dernier qui se situait sur le pourtour, afin de ne pas effrayer les plus timides, il est bel et bien dans les dunes cette année.

Enfin, le S est réservé aux crossover : il mêle piste et dunettes largement suffisantes pour devoir pelleter !

Mais parce que rien n’est amusant s’il n’y a pas un peu de piment, un système de pénalité rééquilibre les niveaux de difficulté : qui choisit le parcours le moins difficile, le Z, prend d’office 250 points de pénalités. Les équipages qui optent pour le Y, au niveau de difficulté intermédiaire partent avec un malus de 110 points de pénalités. Par contre, le X, le plus risqué ne comporte aucune pénalité. C’est normal, parce que les balises s’y gagnent à la sueur des pelletages et à l’audace.

INFO RALLYE 7:30

Tous les équipages qui étaient sur le bivouac ont franchi la ligne de départ pour s’élancer vers les dunes que l’on voit au loin.

Néanmoins, il demeure une incertitude pour le 182 qui a été remorqué hier soir par l’assistance mécanique et dont le véhicule est encore en cours de réparation. Il est hors classement. Quant au 179, il est « DNF », soit Did Not Finish puisqu’il abandonne pour des raisons médicales.

Côté Expertes, la tête de course 420 et 422 sont à l’approche de leur 2 F.

Une trentaine d’équipages est à l’approche du 1 XYF et 3 équipages sont au 1 Z.

Les Gazelles à l’assaut des dunes



Pour cette étape 3, les Gazelles ont rendez-vous dans les dunes de Merzouga, une journée à la fois très attendue mais aussi redoutée par les équipages. « La casquette n’est pas à la mode certes mais ne l’oubliez pas », rappelle Dominique Serra, la Directrice générale de l’événement avant de passer la parole à Ludovic Taché, le Directeur Sportif de l’épreuve, qui rappelle tout d’abord que quatre équipages ont dormi dehors.

Aujourd’hui, les équipages peuvent choisir entre trois parcours différents, avec des difficultés croissantes. Le parcours X est le plus engagé, c’est celui qui passe le plus haut dans les dunes. Le parcours Y, lui, passe dans des vallées moins hautes. Quant au parcours Z, il passe au pied des dunes. C’est celui choisit par Isabelle et Christine, de la team 158, dites les blondes du désert et qui préfèrent jouer la sécurité à cause du vent.

Pour appréhender au mieux cette journée, Ludovic Taché conseille aux Gazelles de dégonfler leurs pneus dans les dunes afin de créer une adhérence plus importante et il rappelle aux participantes de bien s’hydrater et de manger car la journée s’annonce difficile pour les équipages qui seront amenés à pelleter et pousser les véhicules ensablés. Amélie et Sandra de l'équipage 218 sont un peu anxieuses pour leur première fois dans les dunes. "On ne sait pas comment gérer, ce sera notre première dans le sable", explique Sandra, en vérifiant la pression de ses pneus.

C'est Hervé Kozar, Directeur Général Adjoint Commercial Transavia France qui donne le départ ce matin.

ETAPE 3 : Samedi 25 mars 2017



ETAPE 3 (samedi 25 mars 2017)
NEJJAKH / NEJJAKH - kilométrage idéal 70 km - temps estimé 9h00 - 7 balises
Étape en boucle



Lors de leur retour au bivouac hier, elles ont pu l'apercevoir. Certaines avec crainte, d'autres avec envie et les plus anciennes avec impatience et une certaine délectation.
Ils ne sont pas nombreux ceux qui osent s'affronter à ce géant. L'ERG CHEBBI est enfin là. Des dunes gigantesques de plus de 100 mètres pour les plus hautes. Un océan de sable qui s'ouvre à nos Gazelles.

Pour les catégories 4x4/Camion et quad/SSV/moto, il faudra mettre les roues dans le sable. Aucune échappatoire possible bien que les équipages puissent choisir leur route entre 3 trajectoires.
Un parcours Z qui serpentera aux pieds des dunes pour les moins aguerries. Attention ce ne sera pas une partie de plaisir pour autant. Si les pentes sont moins raides et les creux moins profonds, du sable il y en aura et que vous soyez tout en haut ou tout en bas, il faudra batailler contre lui.
Une autre trace, le parcours Y. Là, on tutoie les plus hauts sommets de sable. La navigation n'est pas dure certes, mais le relief est plus accidenté et les difficultés croissantes tout du long de la progression.
Enfin le parcours X qui verra les plus audacieuses en découdre. Cette fois c'est des murs de sable qui se dresseront devant les Gazelles. Il faudra les contourner, les amadouer pour qu'ils leur offrent leur passage. Elles s'approcheront des sommets, verront ces drapeaux à quelques centaines de mètres … et pourtant qu'il sera dur de s'en approcher.

Les équipages de la catégorie Experte n'auront pas de choix. Un seul tracé possible. Celui qui monte et monte encore. Elles croiseront les équipages ayant fait l'option des parcours Y ou Z au CP c'est sûr, mais par des chemins tutoyant les sommets.

La catégorie Crossover ne peut s'attaquer à de si grandes étendues de sable mais cependant elles n'auront pas un périple plus facile. Des reliefs sableux il y en aura … Des montagnes qui font douter aussi … Ce ne sera pas une ballade de santé, loin de là !

Mais enfin quel que soit le parcours arpenté, l'arrivée au bivouac sera source de fierté pour chacune, un souvenir qui marquera sans nul doute à jamais.

Partenaires