Étape 5 Marathon

GAZELLES TV 2015 - ETAPE 5 - JOUR 2

[EXPERT] Des expertes à la peine

La seconde étape marathon a été vécue difficilement par les Gazelles et les expertes elles-mêmes n’ont pas fait exception. Elles ont dû faire appel à toute leur expérience pour venir valider leur 12 ème balise après 209 km infernaux. Au bout et à bout. Le parcours ne leur a fait aucun cadeau, la chaleur non plus.

 

 407_resize.jpg rag20150401_leg5_nic_050153_resize.jpg

 

Deux gros morceaux, parfois durs à avaler figuraient au menu de cet étape : un cordon de dunettes puis les abords ingrat et slalomant du Draa consacrait l’importance cruciale de la navigatrice. Ici, Montillet-Dot (407-MONTILLET/DOT-CODECLIC), James-Borg (403-JAMES/BORG-VOLKSWAGEN VEHICULES UTILITAIRES) ou Jacinto-Cleves (402-JACINTO/CLEVES-VOLKSWAGEN VEHICULES UTILITAIRES) ont montré toute l’étendue de leur pugnacité. Elles ont tenu leur cap en le vérifiant 100 mètres par 100 mètres, avançant au cordeau ou presque. Un exercice fastidieux et gourmand en temps : elles mettront presque 4 heures pour un tronçon d’une quarantaine de kilomètres. Les équipages qui ont joué le temps ont pris l’option de se rallonger d’environ 6 km pour profiter d’un terrain roulant dans le lit de l’oued.

 

403-2_resize.jpg 402_resize.jpg

 

Les autres balises de la première journée emmèneront les Gazelles sur des terrains plus ou moins trialisant selon les choix des chacunes. Viendra ensuite le temps de se mettre en place dès le soir du bivouac dans l’erg de  Chegaga pour l’autre épreuve de dunes du rallye. Une bonne ouverture de seconde journée : déjantage pour le 447 (NIGIDO-AMISSE/SANFOURCHE-ISUZU), tankages divers mais rien que les expertes ne soient capables de gérer. Le duo Montillet-Dot (407-MONTILLET/DOT-CODECLIC) a excellé, sans surprise. Les deux Gazelles se sont montrées en grande forme à la balise 6 à la sortie de Chegaga. James-Borg (403-JAMES/BORG-VOLKSWAGEN VEHICULES UTILITAIRES) accuse le coup. Jacinto Cleves (402-JACINTO/CLEVES-VOLKSWAGEN VEHICULES UTILITAIRES) se montre impassible tout au long de la marathon et poursuit son parcours, toujours très concentré sur ses objectifs. A ce stade du rallye,

 

447_resize.jpg 405_resize.jpg

 

La fatigue a définitivement pris le dessus sur beaucoup d’équipages. Maud Garnier (405-GARNIER/BLEGER-VOLKSWAGEN VEHICULES UTILITAIRES) a les cervicales endolories, le 406 (DENNINGER/MAURICE-MSC ROUEN) joue sportivement dans une catégorie inusitée dans le rallye, celle du 2 roues-motrices faute de mieux, le 447 (NIGIDO-AMISSE/SANFOURCHE-ISUZU) a le regard vicé sur la montre pour ne pas rentrer tard au bivouac. Et il y a encore 6 autres balises à valider. Après le vaste plateau roulant du lac Iriki, le poste pilotage reprend ses droits : terrains très accidentés, caillouteux et ravinés sont sans pitié pour celles qui veulent la jouer au cap le plus possible, comme le trio en tête du classement. Et comme chez ces compétitrices, aucune ne s’est montrée résolue à concéder quoi que ce soit alors que demain se jouera l’étape finale, il y a fort à parier que le classement se placera sous le signe du suspens jusqu’au bout.


dunes-2_resize.jpg dunes_resize.jpg

[EXPERT] Réactions d'étape

405 (GARNIER/BLEGER-VOLKSWAGEN VEHICULES UTILITAIRES) : Dans le top Five ?

C’est en tous cas l’objectif de Maud et Laetitia. « On  se bat pour récupérer notre 5ème place. Nous sommes descendues à la 6ème donc c'est encore faisable. Mais ca demande de bien gérer constamment les aléas inhérents à toute épreuve sportive. Un jour, on est au top. On peut faire un super parcours toute la journée et trébucher à la dernière balise. »

 

408  (CAPDEVIELLE/SOBANSKI -JOYEUX-SOPRA BANKING SOFTWARE) : un jour sans tuile, un jour sans fun.

« Ca a l’air d’être notre rythme : une tuile tous les jours. On commence à s’y habituer ! Hier une fuite de gazoil, aujourd’hui on a déjanté dans les dunes… Normal, quoi ! Mais on s’accroche, on s’accroche. Sinon, où serait le jeu ? » Comme quoi, l’humour n’est pas soluble dans l’effort. 

 

406   (DENNINGER/MAURICE-MSC ROUEN)

« Dans l’ensemble, c’est hyper fatigant. Les étapes sont longues et elles demandent de la vigilance absolument non-stop. Hier par exemple, rien qu’entre la balise 2 et la 3, on a mis 6 heures. C’est une autre manière de vivre le rallye ».

 

[4x4/quads/crossovers] A la conquête des dunes de Chegaga

Pour cette deuxième étape marathon, les Gazelles ont eu le « privilège » d’attaquer les fameuses dunes de Chegaga dans la région de Mhamid. L’étape fut longue, elle comptait un kilomètrage idéal de 280 kilomètres pour arriver jusqu’au bivouac de Foum-Zguid. Chaleur, fatigue, maîtrise, entraide et émerveillement étaient au rendez-vous ces deux derniers jours.

Jour 1 :
Sur la ligne de départ, les visages sont tendus. Pas seulement par la fatigue. Certaines commencent à voir la fin de l’épreuve et avec au bout un classement qu’elles voudraient maintenir ou faire progresser. Beaucoup comptent justement sur les dunes de Chegaga pour remonter dans la grille générale. Direction la première des 11 balises de l’étape, histoire d’avoir un avant-goût des péripéties. Pour l’atteindre, il faudra passer d’innombrables dunettes et les filles le savent, ce sont les plus traîtres. Comme bien d’autres, l’équipage 144 (144-CARCAUD/MAZZA-APOG) s’y tanke alors qu’elles ne sont qu’à 70 mètres du CP2 sur le parcours D.

 

rag20150401_leg5_jea_010357_resize.jpg rag20150401_leg5_nic_050052_resize.jpg

 


Lire Plus ...

[4x4/quads/crossovers] Réactions d'étape

Equipage 189 (BENJOUID/BENNANI) : « Une balise 10 difficile »


Les Marocaines sont fatiguées mais bien classées. Au départ de cette étape, elles partaient 6 ème au classement. « On a fait un bon parcours durant cette étape. La balise 10 était difficile, on s’est trompées. On a juste eu un petit tankage. Mais on a été aidées par les Suisses américaines donc c’était rapide».

 

Equipage 111 (ARNAUD/DARBON-AUTO ÉCOLE SUZON ) : « On espère être dans les 10 premières »


Pour l’équipage 111, tout s’est bien passé le premier jour de cette marathon. Elles ont en plus eu la chance de bivouaquer à la 5 avec d'autres équipages. Ce matin, elles sont reparties tôt pour être certaines d’avoir du sable dur sur leur passage. Deux tankages les ont ralenties. « Mais des Gazelles nous ont aidées à en sortir avant 12h. Donc on a pu passer tous les CP sans problème particulier. Niveau classement, j’espère que l’on va remonter dans les 10 premières sachant que nous sommes parties en étant 10ème au classement. »



INFO LIVE [JOUR 2] - 00h50

L'équipage 211 vient de rejoindre le bivouac ! Un repas, une bonne douche et un dodo pour les deux Gazelles !

Tout le monde dort au bivouac ce soir !

INFO LIVE [JOUR 2] - 23h00

Il ne reste plus que l'équipage 211 sur le terrain. Les deux Gazelles roulent encore et devrait rejoindre le bivouac dans moins de deux heures.

INFO LIVE [JOUR 2] - 22h00

3 équipages manquent encore à l'appel : le 211, le 136 et le 228. Le 136 est à quelques encablures du bivouac mais se trouve dans un terrain très rocailleux. Il devrait lui falloir quelques longues minutes pour parcourir les 500 mètres restant. Le 228 et le 211devrait rejoindre le bivouac plus tard dans la soirée, voire la nuit.

INFO LIVE [JOUR 2] - 21h00

Il reste encore 6 équipages qui n'ont pas rallié le bivouac. Les Gazelles continuent à avancer pour rentrer profiter d'une bonne douche.

INFO LIVE [JOUR 2] - 19h00

Il reste encore 22 équipages qui n'ont pas rallié le bivouac. La team 228 ferme la marche. Elle est en train de traverser le lac Iriki.

A noter que l'équipage 330 qui vient d'arriver au bivouac avait fait une demande d'assistance technique à cause d'un problème sur un support d'amortisseur à quelques kilomètres du bivouac. L'équipage n'ayant pas la pièce de remplacementdans la voiture, les mécaniciens piste ont réussi à trouver une solution de secours pour que l'équipage puisse rejoindre le bivouac pour passer la ligne d'arrivée sans se retrouver hors-classement.

INFO LIVE [JOUR 2] - 16h45

Les derniers équipages sortent des dunes au niveau du CP 7 : 136, 228 et 165.

Ici au bivouac, c'est déja plus de soixante équipages qui sont arrivés.

INFO LIVE [JOUR 2] - 14h10

L'équipage 192 avait fait une demande d'assistance pour un un problème de direction assistée. Elles viennent de l'annuler pour continuer à avancer malgrè ces soucis de direction et éviter les points de pénalités. Objectif : tenir pour ne réparer que ce soir !

Les équipages 24, 26, 147 et 128 viennent de franchir la ligne d'arrivée de cette 2ème étape marathon.

 

INFO LIVE [JOUR 2] - 12h30

L'équipage 152 a fait une demande d'assistance pour un problème de direction. Le 214 qui avait fait aussi une demande d'assistance pour tankage vient de se faire sortir de cette mauvaise passe par l'organisation.

 

INFO LIVE [JOUR 2] - 11h15

Demande d'assistance de l'équipage 315 pour un problème de radiateur.


INFO LIVE [JOUR 2 - EXPERT] - 11h00

Les équipages se positionnent entre les CP 7 et 8. Le 402 qui est 3ème au classement général (402-JACINTO/CLEVES-VOLKSWAGEN VEHICULES UTILITAIRES) a fait le choix d'avancer plus vite pour le moment et de se fier à son instinct. L'équipage est déjà en approche du CP9 et réalise pour le moment un beau parcours.

INFO LIVE [JOUR 2] - 10h20

L'équipage 119 vient d'arriver au bivouac. Les deux Gazelles n'ont pas pu validé le CP 1 d'hier dans les temps suite à un problème mécanique. Elles ont continué leur étape jusqu'au CP2 puis décider d'avancer pour se faire plaisir. Après une nuit en bivouac avec un autre équipage, elles ont décidé de rentrer au bivouac tôt ce matin pour se reposer et réparer la voiture.

GAZELLES TV 2015 - ETAPE 5 - JOUR1

INFO LIVE - [RESUME JOUR 1]

De nombreuses assistances techniques durant cette 1ère journée de marathon pour le 131, 24, 20, 178, 198, 120, 131, 174 et 216. Toutes ces assistances ont été prises en charge par les mécaniciens sauf pour le 20.
Celui-ci a eu un problème de pompe à essence sur un quad. Il était impossible de réparer sur le terrain. L'équipage a dû faire appel à une assistance technique extérieure. La pièce dont elle avait besoin n'existait pas au Maroc. Des mécaniciens marocains ont récupéré une pompe à essence de voiture et l'ont modifiée pour l'adapter au quad. Les deux Gazelles seront donc présentes au bivouac ce soir et pourront prendre le départ demain. Cependant, l'équipage 20 sera hors-classement.

Pour finir, les équipages ont dormi au niveau des CP5 et profiter d'une soirée à la belle étoile dans les dunes.

Changement de bivouac pour l'organisation

Changement de bivouac imminent pour les équipes de l'organisation !

Quand le bivouac se déplace, ce sont des dizaines de fourmis qui démontent les structures, et rangent le matériel dans les camions qui partiront rejoindre le dernier bivouac de l'édition. Dès l'arrivée à Foum-Zguid il faudra tout remonter pour être de nouveau opérationnels.



Vous pouvez voir l'évolution de la course grâce au suivi sur carte : http://ick.li/UR1cGS



INFO LIVE - 10h05

Intervention pour un problème mécanique sur l'équipage 197 et demande d'assistance de l'équipage 101.

INFO LIVE [FIN ETAPE 4] - 10h00

Les équipages 131, 158, 112, 155 et 161 viennent de rallier le bivouac. Elles vont pouvoir reprendre le départ de l'étape 5 après le briefing du directeur sportif.

INFO LIVE - 9h30

Dernières nouvelles du départ : le 27 est en intervention mécanique pour un problème de démarreur. La 231 a pris le départ mais il va partir sur Zagora pour faire des réparations.

 

INFO LIVE - 9h00

Rien à signaler pour le moment au PC Course. Aucune demande d'assistance technique. Ca roule !

INFO LIVE [FIN ETAPE 4] - 08h30

Les équipages 131, 158, 112, 155 et 161 sont en route vers le bivouac et devraient pouvoir l'atteindre d'ici 1h30.

L'équipage 235 a fait une demande d'assistance technique. Verdict : démarreur HS. L'équipage devrait être évacué de la piste  par un camion de l'organisation et serait donc Hors classement.

 

Au briefing ce matin...

A peine la première terminée, c’est déjà parti pour la seconde marathon. « C’est difficile d’enchaîner et c’est long mais vous allez l’avoir haut la main. Prenez du plaisir, je sais que c’est difficile de vous dire ça avec le casque sur la tête mais prenez du plaisir ! » encourage Dominique Serra, la directrice du rallye. Trois équipages sont hors classement ce matin pour panne mécanique mais elles restent toujours sur la course. « C’est peu, cela signifie que vous prenez de l’assurance et que vous prenez soin de votre voiture. Cette seconde marathon est plus courte que celle d’hier mais attendez, je n’ai pas dit qu’elle était facile pour autant.» rectifie Ludovic Taché, le directeur sportif.  Attention les filles, au Maroc, on parle en temps et non en kilomètres ! Seconde marathon et second parcours dans le sable. Pas de vent prévu. La première journée se terminera  au CP 5. « C’est une étape de dunes sur une partie, ce qui signifie que vous n’avez pas le droit de vous suivre toute la journée. Vous pourrez vous suivre à partir du moment où vous entrez dans les grandes dunes, au CP 4X et quelques kilomètres après les CP 7X ». « Profitez de Chegaga et il est possible que vous croisiez des Gazelles, les vraies cette fois-ci… »


rag20150331_leg5_nic_010004.jpg rag20150331_leg5_nic_010021.jpg


ETAPE 5 - mardi 31 mars et mercredi 1 avril 2015

OULAD DRISS / FOUM-ZUID - kilométrage idéal 280 km – temps estimé 18h00
Etape marathon

Qui ose dire que le Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc n'est pas un évènement sportif à part entière … La seconde étape marathon succède à la première qui elle-même succédait à l'étape reine des dunes. Encore deux jours pour venir à bout de ces 5 "journées folles".

La région de MHAMID, ses hommes bleus, son sable, ses collines, son oued Draa… et ses tempêtes !
Le vent, l'ennemi de ces deux jours. Déjà la navigation n'est pas aisée mais quand les éléments s'en mêlent alors tout se complique.
Cohésion parfaite attendue dans le véhicule. La navigatrice devant toujours se repérer et garder bien à vue les reliefs du vieux djebel. La pilote devra toujours recaler son cap car ici on ne met pas les roues où l'on veut, mais où l'on peut. Des dunettes innombrables interdisent tout le temps de garder un cap. En mer, on appelle cela la dérive mais ici pas de courant, juste des petits tas de sable mesurant à peine plus de deux mètres qui vous pousse, vous pousse, vous pousse… Ici on ne parle pas en kilomètre pour se déplacer mais en temps.
En fin de cette première journée, les meilleures attaqueront les dunes. L'erg est moins impressionnant que celui de MERZOUGA, mais cela n'est vraiment qu'une impression. La dune du Diamant surveillera les Gazelles durant toute leur progression.
Quoiqu'il en soit, toutes dormiront sur le sable ce soir. La soirée sera belle c'est sûr. Il faudra profiter de ce calme et encore une fois des étoiles. C'est la dernière nuit … entre Gazelles.

La matinée du lendemain sera consacrée au sable … encore ! Quel que soit le parcours choisi, les Gazelles traverseront l'Erg avec plus ou moins de difficulté, avec comme espoir d'apercevoir des Gazelles… mais cette fois les vraies.
Après ce sera le Lac IRIQUI. Ne pensez-pas que les équipages pourront se prélasser sur les berges. Ici point d'eau mais une traversée de plus de 10 km d'un espace lisse et sans relief  où l'on peut deviner la sphéricité de la terre… La montagne devant n'aura pas de pieds ou semblera immerger d'une zone d'eau immense.
Il faudra batailler contre la chaleur toute la journée pour ne pas perdre la lucidité. Les reliefs grandioses du M'daouer vont s'illuminer en fin de journée pour accompagner nos Gazelles jusqu'au bivouac.

Pour les Expertes, le premier jour offrira le même terrain accentué de "dos d'âne" sableux que pour les autres catégories. Le lendemain, il n'y aura toujours pas de choix de parcours possible. Elles vont une nouvelle fois profiter obligatoirement des dunes les plus compliquées. Après la traversée du lac IRIKI, ce ne sera pas plus simple. Ce sera peut-être une des zones les plus complexes en termes de navigation de cette 25ieme édition. En effet, si les reliefs sont marqués et paraissent être infranchissables, certains passages ouvriront la voie à un tracé proche de la perfection, faisant gagner ces kilomètres si précieux… encore faudra-t-il choisir le bon cap !

L'arrivée au bivouac sera une nouvelle expérience. Un reg fin et roulant. Des acacias éparpillés comme dans la savane…
Il sera alors temps de se reposer, de recharger les batteries pour une toute dernière étape, une toute dernière aventure.

Partenaires