Étape 4 Marathon

ETAPE 4 - dimanche 29 et lundi 30 mars 2015

MECH IRDANE / OULAD DRÎSS - kilométrage idéal 335 km – temps estimé 20h00
Etape marathon


Après une journée de sable ayant commencé à puiser dans le capital énergie des Gazelles, il est temps de poursuivre avec la première étape marathon. Plus de 335 kilomètres en autonomie totale, pas d'assistance mécanique le soir, pas de ravitaillement carburant, un bivouac improvisé et 13 CP à valider sur les deux jours.

Sur la première journée et dès le premier tour de roues,les difficultés sont bien là. La navigatrice va devoir se surpasser et oser prendre des risques. Le plateau de l'Amada du Guir sera toutefois un bon guide si la visibilité le permet … Inch Allah.
Un quatrième CP pour recharger les réservoirs et les Gazelles vont s'engouffrer dans des reliefs et vallées très marqués. Ce ne sera encore pas facile de s'engager sur le bon passage. Certains se refermeront inexorablement pour ne laisser qu'un seul choix : celui de faire demi-tour et de perdre autant de kilomètres au compteur …

En fin de journée il faudra franchir un oued. Elles auront déjà traversé au cours des trois premières étapes ces rivières qui ne voient que quelques fois par décennie de l'eau … Mais là c'est un mythe que les Gazelles auront en face d'elles. Près de 6 kilomètres de largeur, plusieurs bras crevassés, des zones humides stoppant n'importe quel véhicule … Les équipes de reconnaissance ne nous contrediront pas ! L'oued Rheris.

Pour la catégorie Expert, les mêmes difficultés mais avec en bonus 2 CP dans le sable. Les chaussures vont encore se remplir de sable car même si les dunes vont leur apparaître comme peu élevées, c'est un sable très poussiéreux qui va s'offrir à elles … Et là, malgré leur expérience, la moindre erreur va se payer "cash" en minute de pelletage. Et pour renforcer la difficulté sur cette étape il ne faudra pas manquer de temps en fin de journée du lendemain pour pouvoir pointer les 13 CP.

Mais pour toutes nos aventurières, une fois l’oued passé, la récompense sera magique ! Un sable rose, des pierres couleur argent, des montagnes sculptées depuis des millénaires. Un terrain idéal pour le bivouac du soir, loin de l'effervescence des soirées précédentes. Une nuit sans lumière, rien que le ciel étincelant d'étoiles que nous n'apercevons jamais sous nos contrées.

Seconde journée, cette fois ce sont les plaines sablonneuses d' Hassi Bou Haiara qui s'offrent aux compétitrices. Du sable il y en aura pour toutes les participantes. Certes pas aussi majestueux que lors de l'étape de l'Erg Chebbi, mais pas forcément moins "fourbe"…. Il faudra là aussi bien choisir sa trace et que la confiance entre navigatrice et pilote soit totale.

Le retour au bivouac devrait être une bénédiction pour beaucoup. Les voitures pourront rejoindre leur atelier mécanique respectif pour se refaire une santé pendant que les équipages passeront par la tente restaurant pour se raconter les péripéties de ces deux jours autour d'un bon thé à la menthe.

Le temps s'accélère et le classement devrait prendre forme à l'arrivée de cette première étape marathon. Il serait sans doute présomptueux de dire que le podium est déjà figé, par contre il ne serait pas présomptueux de dire qu'il pourra déjà être perdu pour certaines.
Et puis demain c'est encore marathon !

Partenaires