Étape 4 Marathon

GAZELLES TV 2015 - ETAPE 4 - MARATHON JOUR2

GAZELLES TV 2015 - ETAPE 4 - MARATHON JOUR1

[EXPERT] Duel au soleil

C’est ce que nous offrent le 407 (407-MONTILLET/DOT-CODECLIC) et le 403 (403-JAMES/BORG-VOLKSWAGEN VEHICULES UTILITAIRES) depuis 2 étapes et 3 jours. A l’issue de l’étape des dunes dont on sait qu’elle n’est pas leur favorite, Jeannette James et sa coéquipière Anne-Marie Borg en tête du classement depuis le prologue avaient concédé avec le sourire une place de 1ère  du classement général à la championne olympique de ski Carole Montillet et sa coéquipière Valérie Dot. Les deux équipages affichaient alors 1,59 km d’écart cumulés. Mais les vainqueures de l’an dernier retrouvaient un parcours qui leur convenaient mieux : du franchisssement, de la navigation pointue, le regard sur la montre, et tout cela au coude à coude.

 

 rag20150330_leg4_ant_010110_resize.jpg rag20150330_leg4_nic_070107_resize.jpg

 

Le moment clé de l'étape s’est suremment joué entre la balise 7 et 8, et plus particulièrement entre les deux reliefs, le Rich Bou Kourlazia et le Rich Bel Ras. Là, deux passes pour viser droit au cap la balise 8. Au nord, la plus exigeante mais aussi la plus gratifiante en terme d’économie de pénalités. Au sud, la plus raisonnable mais avec un bémol à clé : un surkilomètrage. Les plus déterminées à regagner du terrain ont pris celle du Nord et elles ne seront que 2 équipages à la tenter : le 402 (402-JACINTO/CLEVES-VOLKSWAGEN VEHICULES UTILITAIRES) et le 403 (403-JAMES/BORG-VOLKSWAGEN VEHICULES UTILITAIRES). Chose qui pourrait être faite ce soir grâce à cette stratégie.

 

rag20150330_leg4_nic_070188_resize.jpg rag20150330_leg4_nic_070087_resize.jpg

rag20150330_leg4_nic_070090_resize.jpg rag20150330_leg4_jea_020125_resize.jpg

 

Et puis cette marathon, a connu aussi son lot de déception : le 404 (404-DENONCIN/FAVREAU-VOLKSWAGEN VEHICULES UTILITAIRES) a dû faire appel à l’assistance mécanique à la suite d’un heurt avec une roche : des points de pénalités et suremment la fin de l’espérance concernant une place dans le top  five. Quant au 405 (405-GARNIER/BLEGER-VOLKSWAGEN VEHICULES UTILITAIRES), qui a cassé un amortisseur dès le début de la première partie de la marathon et commis quelques erreurs de cap, il lui a fallu évidemment réviser ses trajectoires.

 

rag20150330_leg4_nic_070016_resize_1.jpg rag20150330_leg4_nic_070022_resize.jpg

Demain, c’est la seconde marathon qui se jouera dans la foulée et la fatigue physique sera un facteur de plus avec lesquelles les Expertes devront encore davantage composer. Ce soir, Jeannette James, vannée, résumait l’étape ainsi :  « Mieux qu’une séance de power plate » !


[EXPERT] Réactions d'étape

401 (401-DUBOS/FABRI-CAPITOLE GESTION PATRIMOINE) -  On change de stratégie

"Vu notre heure de passage à la balise 7, on a plutôt privilégié la piste aujourd’hui. L’important, c’était de taper toutes les balises. On en a déjà raté une à la fin de l’étape 2 alors qu’on avait fait un super parcours donc on ne joue pas dans la cour du podium mais pour autant, on ne veut pas que ca recommence. On a galéré dans la première partie de la marathon, on a compensé certaines balises gagnées plus rapidement par des balises droit au cap. Mais dans la seconde partie, on a privilégié le timing pour être sûres de tout valider, donc on a choisi plutôt les pistes."



405 (405-GARNIER/BLEGER-VOLKSWAGEN VEHICULES UTILITAIRES) - Décues, forcément

"On a fait n’importe quoi. On s’est trompées d’oued hier, on a jardiné avant de trouverla 5. On a aussi cassé un amortisseur, ce qui fait que ça modifie forcément notre parcours. Décues, forcément."

[4x4/quads/crossovers] - Etape marathon

L’étape marathon, c’est deux jours d’épreuve et plus de 330 kilomètres de Nejjak à Tinfou, un bivouac improvisé dans le désert, pas d’assistance mécanique et 13 balises à valider en tout. Retour sur ces deux jours. 

Jour 1 :

Le marathon, les filles le savent déjà, c’est long mais ça ne fait que commencer. Sur la ligne de départ, le soleil dérange déjà les conductrices. Il va faire chaud ! Les anciennes savent que le CP 1 n’est pas si simple à trouver et que le relief est complexe. A 7h30, plusieurs d’entre elles s’arrêtent en haut d’une cuvette. « L’an dernier, on avait mis 5h à la trouver » confie l’équipage 151 (151-KIRTSCH/BLANCHARD-CETUP). A 8h15, la moitié des équipages avait validé la balise 1 du parcours C. Certaines parlent déjà de l’endroit où elles pourraient dormir ce soir et avec qui.

 

plaine-verdoyante-2_resize.jpg 23_resize.jpg

 

Côté quad, on sait que ça ne sera pas simple non plus. « Aujourd’hui, faut rouler, rouler, rouler. Il y a pas mal de pistes et ce n’est pas trop notre terrain de jeu. On va essayer de gagner du temps pour avoir tous les CP» explique Catherine de l’équipage 20 (20-KERAMIDAS/GIRALDO- CF MOTO). Sur le parcours menant à le CP2, une caravane de dromadaires s’éloigne lentement des plaines vertes pour rejoindre les dunes jaunes. Le contraste de couleurs et de reliefs est saisissant. Pendant ce temps-là, la 142 (142-DURAND/COCAGNE-TAPIR) arrive sur la balise C alors qu’elles sont sur le parcours E. « on s’est laissées influencer par l’antenne. On doit être toutes proches ». Elles racontent avoir vu des lapins, des chameaux et des oiseaux. Alors, oui, ça valait le coup quand même ! 

 

20_resize.jpg paysage_resize.jpg


11h30, la majorité des équipages avaient passés les CP 2 et 3. Après un ravitaillement de gazoil à la CP4, située à l’entrée du village de Taouz, l’équipage 162 (162-RENARD/LANDRIEVE-VOLKSWAGEN VEHICULES UTILITAIRES) s’active. « On va taper la 5. On est à 6 ou 7 kilomètres. Juste avant, on a pris un circuit d’experte dans les montagnes. Il y avait des franchissements. On s’est dit qu’on avait déconné mais heureusement, on a été bien formées. En tout cas, on va taper plus de balises en une journée qu’en trois jours. » ironise les Gazelles. Pour d’autres, c’est un peu moins simple…  « On est bousculé, ça secoue, c’est moins lisse qu’hier, ça tape dans tous les sens. Déjà qu’on n’était pas en grande forme en partant ce matin…» raconte l'équipage 208 (208-GUERIN/DURTESTE-PERTUY CONSTRUCTION) .  « Aujourd’hui, c’est difficile, on s’est dirigé vers de mauvaises balises » annonce la team 23 (23-PRICE/SACKS- KAWASAKI MOTOR CORP. ) . Le seul camion de ce rallye a crevé dans des reliefs et vallons marqués par des cailloux. Et pas facile de changer une roue de 80 kg messieurs…

 

208_resize.jpg 114_resize.jpg


17h30. Le soleil diminue et les Gazelles ne savent pas toutes si elles vont avancer ou bivouaquer où elles se trouvent : « elle est loin la 7 ? Vous n’y allez pas ? Non, on ne va pas à la 7, elle est trop loin et puis il faut trouver le passage. » Les premières tentes s’installent. Une chose est sûre, tout le monde va profiter de cette soirée magique.

Finalement, cette première journée aura été longue et variée niveau reliefs : du sable mou, des herbes à chameaux, un oued. Il est temps de savourer une bonne nuit sous un ciel étincelant d’étoiles…

 

soiree-bivouac_resize.jpg

 

Jour 2 :

Pour ce deuxième jour de l’étape marathon, les Gazelles ont traversé les plaines sablonneuses d’Hassi Bou Haiara. Les réveils ont été plus tardifs que d’habitude, ce qui a joué des tours à certaines. Des problèmes de mécanique ou de navigation les ont empêchés d’atteindre leur balise avant sa fermeture, alors qu’il n’était que 11h du matin. « Du coup, on a profité de la journée, on s’est arrêté dans un petit village pour acheter des provisions de nourriture » savoure l’équipage suisse 114 (114-ILLIEN/FAYE-JOBA JARDIN). Mais il fallait bien une petite heure de sommeil en plus. Les mines sont tendues mais bronzées chez les Gazelles. 

 

plaine-verdoyante_resize.jpg gazelles-meca-3_resize.jpg


Les voitures aussi sont fatiguées. « Notre voiture commence à chauffer. A priori, c’est l’arbre de transmission. On a quand même fait un appel mécanique mais on continue ! ». Pour le quad de l’équipage 30 (30-MOUNIER/MARCON- LOGISTIC 43 BENOIT COTTIER), c’est le cardan qui est en train de lâcher « mais il va falloir qu’il tienne la journée. » Les Gazelles ont développé des talents de mécanicienne dirait-on. 

 

gazelles-meca-2_resize.jpg 29_resize.jpg

 

Les filles se racontent leur soirée dans le désert. Il y a les Américaines qui ont dormi dans un canyon, d’autres qui ont mangé une tartiflette et d’autres encore qui sont tombées nez à nez avec deux scorpions. Les Gazelles ne risquent pas d’oublier cette nuit. 

Mais pour le moment, il faut avancer. Il y a cette question qui revient un peu tous les jours : « Et Betty, elle est passée ou pas ? ». La championne en quad sera-t-elle détrônée ou pas cette année ? Le suspens reste entier pour le moment. 

Il fait toujours aussi chaud et le sol est toujours aussi poussiéreux. La journée se termine par un spectacle des plus émouvants : le cirque de Tafenn, paysage stérile d’abord puis la palmeraie de Tagounit, longue d’une trentaine de kilomètres qui fut un oasis de quiétude au soleil couchant. Le retour au bivouac était attendu par toutes. Les Gazelles n’ont qu’une hâte : se laver. Les voitures aussi devront se refaire une santé pour repartir de nouveau demain sur une autre marathon.



palmiers_resize.jpg couche-soleil.jpg


[4x4/quads/crossovers] Réactions d'étape

Equipage 153 : « On a fait une grass’mat »

Tout avait bien commencé pour l’équipage 153. Mais le sort s’est acharné sur elles avec une crevaison entre les balises 6 et 7. Résultat : quand elles arrivent CP 7, c’est déjà fermé ! « C’est dommage, on est directement rentrées, la journée a été rapide pour nous. » En tout cas, elles se souviendront longtemps de cette nuit au beau milieu de la pampa : « On a dormi avec des filles super sympas, ça nous a détendu et en plus, on a pu se faire une grass’ mat et se réveiller à 5h ! ».

 

Equipage 110 (L'ECOLIER/L'ECOLIER-AETOS ENGINEERING) : « On a fait notre première triangulation réussie »

14ème au classement après l’étape 3, l’équipage 110 devrait garder une bonne position après un marathon réussi. Toutes les balises ont été validées ! « On est vraiment fières de nous parce que ça avait mal commencé. Le premier jour, on partait stressées et à 8h, on a eu notre premier tankage, on a aussi traversé un oued horrible. J’espère qu’on sera plus sereines au départ de la prochaine marathon. »

 

Equipage 239 (LAMBERT/EL BACHIRI-ARNOLD KONTZ GROUP)  : « On s’est crues dans une bulle »

« C’était difficile et très longue cette première marathon, il y avait énormément de kilomètres ! Hier, ça allait mais aujourd’hui, non ». L’équipage 239 avaient validé la balise 5 le premier jour et aujourd’hui, elles n’en ont validé qu’une. Pourtant la soirée et la nuit passée dans le désert avait été excellente pour les deux Gazelles :  « On s’est crues dans une bulle, c’était tellement calme, les paysages étaient tellement magnifiques. »

 

Equipage 156 (GARCIN/LASSUS-PHILIPPE-CHARPENEL-VESOUL ELECTRO DIESEL) : « On s'est retrouvées pour la nuit »

« Hier, c’était pas mal. On a décidé de se retrouver avec d’autres filles pour dormir ensemble et en fait, il y avait énormément de poussière et on s’est faites avoir par la nuit. » Ce matin, les deux Gazelles sont parties à 7h, « trop tard », ont validé la CP 6 et 7 et n’ont pas trouvé la balise 8. « Donc on est rentré de manière à se reposer et à être en forme pour le marathon de demain ». 


Ne dormiront pas au bivouac...

Les équipages 235, 131, 158, 112, 155, 161 ne rejoindront pas le bivouac ce soir.

Ces équipages vont passer la nuit dans le désert sous la surveillance des voitures de l'organisation qui sont positionnées dans leur secteur afin d'assurer une présence en cas de besoin.

Ces équipages auront jusqu'à midi pour valider l'étape 4 et prendre le départ de l'étape 5.

INFO LIVE [JOUR 2] - 00h00

Les équipages 410, 197, 211 et 231 sont en train de rallier le bivouac et vont pouvoir profiter d'un peu de repos avant de repartir sur la 2ème marathon demain.

INFO LIVE [JOUR 2] - 22h30

Il reste encore 15 équipages qui n'ont pas rejoint le bivouac.

INFO LIVE [JOUR 2] - 21h30

Il y a encore 32 équipages qui n'ont pas ralliés le bivouac.

6 équipages se sont égarés dans la palmeraie de Tagounit après le CP 13 et cherchent une porte de sortie.

INFO LIVE [JOUR 2] - 19h15

L'equipage 158 a annulé sa demande d'assistance pour être détanké. Elles ont réussi à se détanker au bout de l'effort !


INFO LIVE [JOUR 2] - 18h40

55 équipages sont arrivés au bivouac et profitent d'un peu de repos après ces 2 jours d'étape marathon.

 

INFO LIVE [JOUR 2] - 17h45

L'équipage 24 a fait une demande d'assistance pour un problème de filtre à essence. L'équipe mécanique est intervenue et l'équipage est reparti.


Les équipages 112, 155, 161, 131 et 158 se sont ensablés dans un oued et ont eu dû mal pour s'en sortir.  Les équipages 112, 155 et 161, après s'en être sortis, ont essayé vainement de détanker les 2 autres équipages. Après plusieurs heures d'acharnement, l' équipage  158 a finalement fait une demande d'assistance pour être détanké. Le 131 quant à lui poursuit ses efforts. Les équipages 112, 155 et 161 devraient prendre la piste pour essayer de rentrer vers le bivouac.

 

INFO LIVE [EXPERT - JOUR 2] - 17h00

La grande majorité des équipages se trouvent entre le CP 12 et 13.

A l'arrière, le 410 et 406 se positionnent encore au niveau du CP 9.

A noter que les équipages 400 et 404 semblent avoir décider de rejoindre la piste pour rentrer vers le bivouac sans aller chercher les derniers CP.


 

INFO LIVE [JOUR 2] - 16h00

4 équipages ont déjà ralliés le bivouac.

 

La 134 vient de demander une assistance mécanique pour un problème de suspension.

 

INFO LIVE [JOUR 2] - 15h00

Le 213 est en approche du bivouac alors que le 315 est au niveau de son dernier CP et devrait lui aussi pouvoir rentrer rapidement.

L'équipage 231 a fait une demande d'assistance mécanique pour un problème de direction.

Plus en arrière, la team 26 qui est en moto a passé le CP7 et jardine un peu en cherchant son CP 8.

Au niveau des CP 8 et 9, certains équipages semblent hésiter entre pointer les derniers CP ou rentrer par les pistes en vue de rejoindre le bivouac et prendre par conséquent des pénalités.

INFO LIVE [JOUR 2 - EXPERT] - 12h30

L'équipage 400 ferme la marche et a pas mal jardiné pour trouver le CP 6

3 groupes se démarquent ensuite avec un premier composé de 4 équipages qui se trouvent en direction du CP 10 : 407, 447, 420, 402.


Un autre groupe autour du CP 9 avec 5 équipages : 440, 408, 403, 404 et 438.

Et enfin un dernier groupe vers le CP 8 avec le 405, 410, 406 et 401.

Il est à noter que pour atteindre le CP 8, 2 stratégies de navigation étaient possibles. Soit tracer au cap en cherchant une passe à travers les reliefs, soit contourner les reliefs en prenant le risque de faire plus de kilomètres.


INFO LIVE [JOUR 2] - 12h00

L'équipage 161 ferme la marche et vient de valider le CP 6.

Les 2/3 des équipage naviguent entre les CP6 et CP8. Le tiers restant roule entre le CP 9 et 10.

Au niveau des crossover, le 315 est devant en ayant déja validé son CP10 et prend la direction du CP 11.

 

L'unique équipage camion, le 235 a pointé le CP7 et se dirige vers le 8.


L'équipage 122 a demandé une assistance mécanique. L'équipe d'organisation est en train de les rejoindre.

INFO LIVE - [RESUME JOUR 1]

L'équipage 233 n'a pas pris le départ.

L'équipages 117 a pris le départ de l'étape 4 mais des contraintes mécaniques les ont obligées à rapatrier des pièces mécaniques qu'elles n'avaient pas en leur possession, ce qui les contraint à la mise Hors-classement.

Pour le moment, ces voitures sont toujours en réparation. Dès la fin de celles-ci, elles pourront reprendre part aux étapes mais sans être prisees en compte dans le classement.

Les équipages 153 et 152 ont fait des demandes d'assistance pour un tankage.

A noter, une demande d'asistance pour la 197 suite à une casse du support d'amortisseur. L'équipage a dû être remorqué par l'organisation et sera donc Hors-classement.

L'ensemble des équipages ont dormi entre les CP 5 et 7.

La nuit a été paisible et les Gazelles sont reparties à partir de 6h du matin.

Changement de bivouac pour l'organisation

Changement de bivouac en vue pour l'organisation ! Les équipes encore sur place rangent le matériel et partent en direction de Mhamid où le prochain bivouac va être installé.

Vous pouvez voir l'évolution de la course grâce au suivi sur carte : http://ick.li/UR1cGS

 

rag15_live-visu-newbivouac.jpg

 

Soutenez votre équipage préféré en participant au Grand Jeu « la Marathon des supporters » !

Pour les Gazelles 2015, c’est l'heure de l’étape Marathon ! Alors... vivez-vous aussi votre Marathon, et montrez à vos Gazelles préférées à quel point vous les soutenez en participant au Grand Jeu « la Marathon des supporters » ! Le principe est simple : Rendez-vous sur la page Facebook du Rallye Aïcha des Gazelles. Sous le texte qui a été posté pour annoncer le jeu, créez un commentaire sous ce post, en commençant par le numéro d’équipage que vous soutenez ! Ex : « 100 : allez les filles !!! » Puis faites du buzzzzz autour de vous pour collecter le maximum de « J’aime » sous votre commentaire !!

Le commentaire qui aura le plus de « J’aime » remportera le jeu et fera gagner un bon d'achat de 50€ valable sur la boutique MaiengaStore.com aux deux Gazelles de l’équipage soutenu, mais aussi à l’internaute qui aura créé ce commentaire !!!

Fin du jeu : ce lundi 30 mars 18h GMT !

Bon courage !


rag15_live-visu-fans.jpg

INFO LIVE [JOUR1] - 10h00

L'équipage 117 a un problème mécanique qui devrait l'empêcher de prendre le départ de la 4ème étape avant midi. par conséquent, les Gazelles risquent le Hors-Classement.

INFO LIVE [JOUR1] [Catégorie Crossover] - 9h30

Le parcours "Crossover" a été neutralisé pour des raisons sportives. Un nouveau départ sera donné depuis le CP4 où l'ensemble des équipages est attendu.

INFO LIVE [JOUR 1] - 9h00

L'équipage 114 a fait une demande d'assistance suite à une crevaison.

INFO LIVE [FIN ETAPE 3] - 7h30

Les 4 équipages qui avaient passé la nuit dehors sont arrivés au bivouac. Ils vont pouvoir prendre le départ de l'étape 4.

Au briefing ce matin...

Les Gazelles peuvent être fières d’elles. Elles ont bravé le sable de manière « impressionnante » selon Ludovic Taché. La directrice Dominique Serra tient à féliciter « toutes celles qui font cette 25ème édition. Je ne vois que des participantes qui gèrent leurs problèmes, qui s’accrochent avec le sourire alors pour tout cela merci beaucoup ! » Applaudissements. Et maintenant, place à l’épreuve marathon après la belle journée d’hier passée dans les dunes. Elle se fait sur deux jours. Les filles dormiront donc en autonomie. Un ravitaillement de carburant se fera au CP 4. Durant cette étape, il leur faudra trouver 13 balises. « Ne soyez pas superstitieuses les filles ».

 

rag20150328_leg3_chr_010028_resize_1.jpg rag20150328_leg3_chr_010032_resize.jpg

 

ETAPE 4 - dimanche 29 et lundi 30 mars 2015

MECH IRDANE / OULAD DRÎSS - kilométrage idéal 335 km – temps estimé 20h00
Etape marathon


Après une journée de sable ayant commencé à puiser dans le capital énergie des Gazelles, il est temps de poursuivre avec la première étape marathon. Plus de 335 kilomètres en autonomie totale, pas d'assistance mécanique le soir, pas de ravitaillement carburant, un bivouac improvisé et 13 CP à valider sur les deux jours.

Sur la première journée et dès le premier tour de roues,les difficultés sont bien là. La navigatrice va devoir se surpasser et oser prendre des risques. Le plateau de l'Amada du Guir sera toutefois un bon guide si la visibilité le permet … Inch Allah.
Un quatrième CP pour recharger les réservoirs et les Gazelles vont s'engouffrer dans des reliefs et vallées très marqués. Ce ne sera encore pas facile de s'engager sur le bon passage. Certains se refermeront inexorablement pour ne laisser qu'un seul choix : celui de faire demi-tour et de perdre autant de kilomètres au compteur …

En fin de journée il faudra franchir un oued. Elles auront déjà traversé au cours des trois premières étapes ces rivières qui ne voient que quelques fois par décennie de l'eau … Mais là c'est un mythe que les Gazelles auront en face d'elles. Près de 6 kilomètres de largeur, plusieurs bras crevassés, des zones humides stoppant n'importe quel véhicule … Les équipes de reconnaissance ne nous contrediront pas ! L'oued Rheris.

Pour la catégorie Expert, les mêmes difficultés mais avec en bonus 2 CP dans le sable. Les chaussures vont encore se remplir de sable car même si les dunes vont leur apparaître comme peu élevées, c'est un sable très poussiéreux qui va s'offrir à elles … Et là, malgré leur expérience, la moindre erreur va se payer "cash" en minute de pelletage. Et pour renforcer la difficulté sur cette étape il ne faudra pas manquer de temps en fin de journée du lendemain pour pouvoir pointer les 13 CP.

Mais pour toutes nos aventurières, une fois l’oued passé, la récompense sera magique ! Un sable rose, des pierres couleur argent, des montagnes sculptées depuis des millénaires. Un terrain idéal pour le bivouac du soir, loin de l'effervescence des soirées précédentes. Une nuit sans lumière, rien que le ciel étincelant d'étoiles que nous n'apercevons jamais sous nos contrées.

Seconde journée, cette fois ce sont les plaines sablonneuses d' Hassi Bou Haiara qui s'offrent aux compétitrices. Du sable il y en aura pour toutes les participantes. Certes pas aussi majestueux que lors de l'étape de l'Erg Chebbi, mais pas forcément moins "fourbe"…. Il faudra là aussi bien choisir sa trace et que la confiance entre navigatrice et pilote soit totale.

Le retour au bivouac devrait être une bénédiction pour beaucoup. Les voitures pourront rejoindre leur atelier mécanique respectif pour se refaire une santé pendant que les équipages passeront par la tente restaurant pour se raconter les péripéties de ces deux jours autour d'un bon thé à la menthe.

Le temps s'accélère et le classement devrait prendre forme à l'arrivée de cette première étape marathon. Il serait sans doute présomptueux de dire que le podium est déjà figé, par contre il ne serait pas présomptueux de dire qu'il pourra déjà être perdu pour certaines.
Et puis demain c'est encore marathon !

Partenaires