Étape 1

GAZELLES TV 2015 - ETAPE 1

[EXPERT] Les favorites confirment leur statut

« A certains moments, il y aura des caps que les expertes ne pourront suivre en ligne droite car elles ne passeront pas ou peut-être pas !  Je veux qu’elles  fassent ce choix de déport de cap », commente Ludovic Taché le directeur sportif, qui a dessiné les contours de cette première édition de la catégorie Experte.

 

rag20150326_leg1_nic_030074.jpg rag20150325_leg0_jul_21.jpg

rag20150326_leg1_chr_030126.jpg rag20150326_leg1_ant_010122.jpg

 

But atteint pour cette étape de 150,6 km et 7 balises : dès le départ, entre le bivouac et la 1ère balise, le Djebel Taklimt a départagé plusieurs degrés de prise de risque : ainsi le 404 (404-DENONCIN/FAVREAU-VOLKSWAGEN VEHICULES UTILITAIRES) qui a effectué  aujourd’hui un parcours précis et propre joue le gain de temps avec une option plus facile, mais qui va lui coûter des mètres supplémentaires. Nous la retrouverons aux alentours de midi non loin du CP 4, au cours d’une progression régulière et pertinente qui joue la sécurité. Il en est de même pour  le 447 (447-NIGIDO-AMISSE/SANFOURCHE-ISUZU) : prises de risques modérées et gestion du temps prioritaire. Ce sont d’ailleurs les deux premiers équipages à rallier le bivouac dès 18h15. 

 

rag20150326_leg1_chr_020069.jpg rag20150326_leg1_nic_020040.jpg

rag20150326_leg1_nic_030071.jpg rag20150326_leg1_chr_020056.jpg

 

Le 410 (410-MENOZZI/WADE-RIVIERA CLINIC), lui, a choisi une trajectoire plus serrée, ce qui a fini par l’amener  vers  un terrain piégeux qui lui demandera du temps pour une distance presque équivalente. Elle effectuera d’ailleurs son parcours avec pas mal d’hésitations, de tours et de détours dans les passages qui demandaient une bonne dose de finesse et d’appréciation. Des risques qui pourraient la pénaliser dans son classement d’aujourd’hui.  D’ores et déjà, cette première étape confirme l’exigence de cette catégorie qui pousse le rôle de navigatrice dans ses plus fins retranchements d’analyse et  celui de pilote à une parfaite connaissance de ses capacités et de celles  de son véhicule

 

rag20150326_leg1_chr_030019.jpg rag20150326_leg1_chr_020073.jpg

 

A ce stade de la course, 4 ou 5 équipages comme le 403, le 402, le 407 sont très bien engagées dans la course à la première place,  tandis que le 447, le 404, le 438 qui figurent dans la première moitié du classement ont confirmé leur niveau de compétence. Le 400 (400-LERNER/HOWELLS-PIRELLI) par contre, a réalisé une contre-performance, avec beaucoup d’erreurs de  cap. Quant au 440 (440-VEGA-ROIATTI/FRECHES-GÎTES ET SOLEIL), il est passé près de perdre toute chance de conserver son rang à cause d’un problème mécanique qui aurait pu lui coûter 200 kilomètres de pénalités. Les deux Gazelles ont pu réparer provisoirement le triangle et rentrer doucement vers le bivouac.

 

rag20150325_leg0_nic_060149.jpg 406_resize.jpg

 

 

[EXPERT] Réactions d'étape

447 (NIGIDO-AMISSE/SANFOURCHE-ISUZU)

« Ce fut long et fatiguant. Le terrain était trialisant presque tout le long, on s’est tankées, il y avait pas mal de devers » commente Laura, la  pilote. Sa navigatrice, Valérie Sanfourche n’a éprouvé aucune difficulté : « j’ai eu des visuels tout le temps. C’est plutôt une histoire de concentration et d’endurance.»
 
404 (DENONCIN/FAVREAU-VOLKSWAGEN VEHICULES UTILITAIRES)

« On ne se situe pas dans la même logique que Jeanette James ou Elisabete Jacinto. On prend moins de risques et on joue la sécurité pour valider toutes nos balises, ménager la voiture. Donc on contourne les obstacles avec des déports de caps raisonnablement larges et on est très vigilantes sur le timing qui ne laisse que peu de répit. On vise le top five, on serait contentes. Le podium, ce serait encore mieux évidemment, mais honnêtement, si cela se produit, ce sera parce que les 3 premières auront cassé. » témoigne  Karolyn.

 

400 (LERNER/HOWELLS-PIRELLI)

« On a pu tout de même checker les 7 balises. Il faudra mieux se concentrer sur la navigation. Il est certain que les parcours nous demandent davantage. Du coup, ils nous poussent à être meilleures » selon les deux américaines qui escomptent bien aussi profiter de la beauté « magique » du sud Maroc.

 

404 (DENONCIN/FAVREAU-VOLKSWAGEN VEHICULES UTILITAIRES)

« Il y a quelques années, les écarts entre les concurrentes se seraient comptés en kilomètres. Aujourd’hui, ils se jouent à la centaine de mètres. Il n’y a que 600 mètres entre la première et nous. Ca demande une extrême finesse d’appréciation entre la lecture de la carte, celle du terrain et la gestion du temps. Hier, on ne s’est pas arrêtées, on n’a pas déjeuné et nous sommes tout de même rentrées à 19 heures. A ce stade, il faut aussi faire confiance aux instruments de mesure. Nos 2 terratrip n’indiquent pas la même chose et Uniq, le nouveau système  non plus ! » 

 

408 (CAPDEVIELLE/SOBANSKI -JOYEUX-SOPRA BANKING SOFTWARE)

Appréciation de la seconde étape ? « tout ce qu’on n’aime pas. On connait un peu la zone il y a peu de repères visuels et l’étape est longue, c’est le temps qui va vraiment manquer. » 

 

[4x4/quads/crossovers/camion] - Longue et éreintante !

Après l’épreuve « à blanc » d’hier, c’est mêlé d’appréhension et d’enthousiasme que les Gazelles ont pris le départ ce matin de la première étape. A l’ordre du jour, 7 balises sur un parcours idéal de 191 kilomètres estimé à 9h20 de route. Dans les faits, ce fut beaucoup plus long, notamment pour toutes celles qui participaient au rallye pour la première fois.

 

rag20150326_leg1_eri_030021_resize.jpg rag20150326_leg1_nic_030118_resize.jpg


Une longue journée attendait les Gazelles et elles le savaient dès le petit-déjeuner : « la vraie question, c’est de savoir à quelle heure on va rentrer » avoue Virginie de l’équipage 133 (GARCIA/COUVIDAT-ETAM). Beaucoup de Gazelles ont dû se la poser également. Et pour cause, à 19 heures, seules 44 équipages étaient rentrées au bivouac. On les avait pourtant prévenues ce matin au briefing. Cette première étape en boucle ne présentait pas de gros piège, mais était faite pour offrir un exercice bien complet aux nouvelles Gazelles. Carine, de l’équipage 120 (GUERRY/POISSON-WOMEN@RENAULT ) en a bien eu conscience : « on rentre vraiment dans le rallye aujourd’hui, ça ne rigole plus ».


rag20150326_leg1_nic_030084_resize.jpg rag20150326_leg1_nic_020023_resize_1.jpg

 

Première balise commune que beaucoup ont atteinte dès 7 heures en empruntant la route sur 35 kilomètres. La fatigue se fait déjà sentir pour l’équipage 178 (SERGENT/PLATEAU-CERF DELLIER ) : « on est à bloc, un peu sur les nerfs mais ça tient. Et surtout, on apprécie la lumière et le changement de décor qui apparaît. » Des dunes commencent à sortir des plaines au loin et la menthe sauvage se fait sentir. Place aux choses sérieuses. La subtilité des choix stratégiques commence pour l’équipage 24 (TEIXEIRA/DE BRUYNE-AUX SAVEURS DE JULINE BOURGEOIS) en moto : « On voulait passer dans les montagnes mais on a peur de ne pas se repérer pour retrouver notre cap donc on va la contourner ». Quant aux premières participantes, elles ont découvert les aléas de la course. Il y a celles qui ont fait des erreurs de navigation : la 146 (NOGUEIRA/COLLIN-TSI PRODUCTION) s’est égarée rapidement après le départ. La déception est grande accompagnée de quelques larmes. D’autres ont eu quelques problèmes de communication dans l’habitacle et quelques ajustements devraient être nécessaires pour la suite du rallye. Il y aussi celles qui ont eu leur premier tankage. Panique à bord, énervement et peur de rester seule au milieu de rien. Sacré leçon donc pour les jours à venir.  

 

rag20150326_leg1_ant_020007_resize_8.jpg rag20150326_leg1_nic_030027_resize.jpg

 

A 13h45, sur la balise 5, c’est l’heure de déjeuner et d’admirer le long plateau montagneux d’Aguelmous pour l’équipage 145 (COURT/DUCHEZ-SOURIS-PEPSICO), fier d’avoir « pris le col et d’être passé. On le savait ! Mais avec l’herbe, on a eu quelques surprises, on ne voit pas toujours les dénivelés » Entre la 173 (BÉCOTTE/TANGUAY-GROUPE SANTÉ CAMÉLÉO ) et la 145 (COURT/DUCHEZ-SOURIS-PEPSICO), les parcours sont différents, mais les conseils sont les bienvenus. « Merci 145 ». A charge de revanche évidemment. Les cultures rencontrées par l’équipage 151 (KIRTSCH/BLANCHARD-CETUP) rajoutent des kilomètres. Trois de trop au compteur. « On a essayé de couper et ça ne passait pas, il y avait des palmeraies partout ». Pour celles qui y sont arrivées, la balise 7 valait le coup d’œil. Entourée d’un enchaînement de plaines, de dunettes et d’herbes à chameaux, elle était bien cachée derrière les montagnes en quinconce. Difficile donc de faire des triangulaires avec peu de points culminants. Etape 1 éreintante donc mais toutes les Gazelles sont unanimes : elles ont adoré !


rag20150326_leg1_nic_020023_resize_1.jpg rag20150326_leg1_nic_020025_resize.jpg


[4x4/quads/crossovers] Réactions étape

-Equipage 129 (PELISSIER/ZUCCONI -DUCROS (MCCORMICK) ) : « On a tout tapé ! »
Parties 6ème au classement du prologue, l’équipage 129 a validé toutes ses balises pour cette première étape : « On a tout tapé, on est contentes et en plus, il est tôt, il est seulement 17h30 » disent-elles sourire aux lèvres.  13 kilomètres en plus au compteur. « Il y a deux ou trois balises où on est arrivées les premières, mais la 7ème est bien planquée ! » Une dernière balise commune que d’autres n’auront pas la chance de trouver.

-Equipage 147 (LE FOLL/MERCIER-PMB) : « Merci à l’intuition féminine »
3 balises à l’arrivée. L’équipage 147 s’est perdu puis retrouvé un peu par hasard. « On a tapé des balises, mais pas les nôtres ou bien les nôtres, mais pas dans le bon ordre. Bref, merci à l’intuition féminine qui nous a permis de rentrer au bivouac ». Peu importe, elles ont adoré et le paysage et les animaux croisés sur leur route…

-Equipage 105 (CREPIN-GUERIN/GUERIN-BEGT )
: « Une première journée d’entraînement »
Elles ont toutes les balises, mais rentrent bien fatiguées au bivouac. « Pour les deux dernières, j’ai mal pointé et on a fait un gros détour pour rentrer au bivouac, ce qu’on aurait bien évité. C’est la première journée, on va dire que c’était de l’entraînement ».

-Equipage 143 (DURAND/FRANCOIS-CAISSE D'EPARGNE) : « On était bien classé au prologue, on va déchanter »
Elles ont franchi la ligne d’arrivée peu de temps avant la fermeture des CP et avec 3 balises validées. « On a beaucoup tourné en rond, on apprend. C’est difficile de faire le rapprochement entre la carte et le relief mais on garde le moral, on fera mieux demain, mais on était bien classé au prologue, on risque de déchanter demain… »


Ne dormiront pas au bivouac...

Plusieurs équipages ne rejoindront pas le bivouac ce soir : le 131, 165, 231, 233, 235, 238.

Tous ces équipages vont passer la nuit dans le désert sous la surveillance  des voitures de l'organisation qui sont positionnées dans leur secteur afin d'assurer une présence en cas de besoin.

Ces équipages auront jusqu'à midi pour valider l'étape 1 et prendre le départ de l'étape 2.


INFO LIVE - 01h00

L' équipages 24 vient d'arriver sur le bivouac. De son côté, l'équipage 23 rejoindra le bivouac d'ici quelques minutes sous la surveillance d'un véhicule de l'organisation.

 

INFO LIVE - 22h30

Il reste encore 9 équipages qui ne sont pas encore rentrés au bivouac.

 

INFO LIVE - 20h30

30 véhicules sont encore dehors. Le 174 qui s’était tankée et qui avait demandé une assistance mécanique l’a annulée et s’en est sorti tout seul.

 

INFO LIVE - 19h40

Le 440 après avoir provisoirement réparé son triangle se situe à 2 km du bivouac.

Le 410, le 405, le 406 et le 400 ressortent du CP 7 et s’apprêtent à regagner tranquillement le bivouac en suivant la piste qui est au cap.
 
Après, les CP 4, plusieurs équipages repartent par la route 228, 318, 197, 169, 193, 135, 316, 237, 106, 230.

Le 22 aussi qui après être allé chercher son CP 4 sans l’avoir trouvé, décide aussi de regagner le bivouac, mais par la piste, alors que la nuit est tombée depuis une bonne demi-heure.

Le 23 est en panne d’essence et en cours de ravitaillement. Il devrait repartir sous peu.

Le 215 est encore immobilisé avec une panne d’origine électrique, l’assistance mécanique est en train de réparer. Mais cela lui coûtera 200 km de pénalité.

 

INFO LIVE - 19h00

48 équipages sont déja arrivés au bivouac !

 

INFO LIVE [EXPERT] - 17h20

Le 447 vient de passer la dernière balise, les 402, 403, 404, 420, 438 sont à l’approche.
Le 401 se situe entre 6 et 7. La 440 qui a fait une réparation de fortune a validé sa 6ème balise.


INFO LIVE - 17h10

Le 133 vient de déclencher une assistance mécanique.

 

INFO LIVE [EXPERT] - 17h00

Le 403 puis la 404 vient de pointer sa 6ème balise précédée du 447 tandis que le 405 vient de valider sa 5ème balise.

L’espoir de faire un bon classement aujourd’hui a failli s’effondrer pour le 440 qui vient de casser son triangle avant-gauche, une dizaine de kilomètres après la balise 5. Il a décidé de réparer lui-même pour s’épargner les 200 km de pénalité d’une assistance mécanique et il est reparti peu après. Le défi du jour : atteindre la dernière balise avant 19 h, heure de sa fermeture.

 

INFO LIVE - 17h00

Il ne reste plus qu’une quinzaine de véhicules autour des CP 4.

 

INFO LIVE - 16h30

Le 23 poursuit dans sa quête de balises…sur un parcours qui n’est pas le sien…

 

INFO LIVE - 15h45

Le 191 se trouve bien à l’est de Fezzou, comme le 138Ils s’éloignent avec conviction de leur parcours. Elles cherchent sans doute à rejoindre la route.

 

INFO LIVE - 15h30

le 146 qui a jardiné toute la journée franchit lui aussi la ligne d’arrivée, sans aucune balise validee contre 3 hier. Grosse déception, évidemment et « moral dans les chaussettes. » Mais il est bien décidé à faire attention à sa navigation.

La 112 rentre avec des erreurs d’échelle de carte et une lecon : ne pas hésiter à confronter les points de vue entre coéquipières !

 

INFO LIVE - 15h25

15h25 - la 109 rallie le bivouac avec 3 balises à son actif et le souhait de s’économiser et de rester sur une note positive : hier, au prologue, il n’en avait validé qu’une seule. Aucune galère à signaler au cours de cette journée « super » où il a pu tester des franchissements qu’il n’aurait pas osé effectuer hier.

 

INFO LIVE - 14h35

A 14 h 35, un tiers des équipages se trouve dans le secteur des balises 4, une vingtaine d’équipages se trouvent dans celui des 5 et quelques véhicules se répartissent entre les points 2, 3 et 4.

En direct du bivouac

Suite à un problème technique indépendant de notre volonté, le suivi live va reprendre. Nous tenons à nous excuser pour ce contretemps.

INFO LIVE - 14h25

Le 146 qui n’a pas réussi à valider une seule balise de l’étape décide d’abandonner pour aujourd’hui et se dirige vers le bivouac
Le 109 et le 123 qui ont validé trois balises renoncent visiblement à chercher la 4. On attend les premiers retours d’équipages vers 16 h 30.

 

INFO LIVE [EXPERT] - 14h25

Le 404, le 403, le 447 maintiennent leur rythme en ligne droite, traçant parfaitement au cap et valident leur balise. Le 438, le 408 et le 401 sont en approche à environ 5 km.

INFO LIVE - 14h10

Le 233 est à l’arret suite à un problème mécanique. L’assistance est dépêchée. Un câble d’accelérateur a lâché.

INFO LIVE [EXPERT] - 14h10

Le 417 et 404 viennent de pointer leur 5ème balise.

 

INFO LIVE - 13h00

Le 116 qui au niveau du CP3 avait pris la direction opposée à la trace idéale vient de comprendre son erreur et fait demi-tour pour rejoindre le CP4 en passant de nouveau au CP3.

L'équipage 125 jardine complètement et semble hésiter sur les options à prendre.

 

INFO LIVE [EXPERT] - 12h30

Le trio de tête progresse bien : 447, 403 et 404 ont atteint leur CP4 tandis que le 410 et le 400 sont à l’approche du CP 3 et vont délaisser les difficultés pour aborder une grande plaine roulante.

Les écarts de progression se creusent au sein des expertes : elle se dispersent sur 45 km à vol d’oiseau entre les premiers équipages et les 406, 410 et 400 qui clôturent la marche. L'équipage 400 rencontrent aujourd'hui des difficultés de navigation.

 

INFO LIVE [EXPERT] - 11h00

Les équipages 403 et 447 sont parvenues à  leur CP 3. Le 407 est pour sa part en approche.
La plus en arrière du parcours, la 410 parvient à son CP 2 et n’a pas encore abordé la partie piégeuse du parcours. Les Gazelles ont perdu un peu de temps dans un passage rocheux et ont effectué 500 mètres en 20 minutes.


Les 406, 407 et 440 se situent à l’approche de l’un des plus beaux passages de l’étape, un canyon situé à environ 7 km de la 3ème balise et que certaines comme le 403 ont choisi de contourner légèrement, dans le doute.

 

INFO LIVE - 11h00

Progression normale de la plupart des Gazelles dans la catégorie 4x4/Quad/Crossover. Jusqu’en cette fin de matinée, peu d’assistance demandée au PC course et un rythme bien posé dans le timing prévisionnel.

L'équipage 215 quant à lui à sorti le cric pour une crevaison. Un exerce habituel sur le Rallye !

 

 

INFO LIVE - 10h30

L'équipage 146 poursuit maintenant dans les parages du parcours S, au lieu du E . Elles ont sans aucun doute mal positionné leurs balises et risquent de continuer encore longtemps à jardiner si elle ne s’en rendent pas  compte.

Le 193 jardine et les deux Gazelles sont passées à côté de leur CP 3. Elles continuent en s’éloignant vers le sud-est.


INFO LIVE [EXPERT] - 10h00

Le 403, 404 et le 447 se dirigent avec un beau tracé en direction de la 3ème balise. Cette partie plus compliquée en termes de lecture de carte ne semble pas les avoir pénalisées du tout. Elles se situent maintenant à environ 7 km de la 3ème balise. 

 

SUV VS 4x4

Les SUV (Sport Utility Vehicle) ou crossover ne passent pas partout. Contrairement aux 4x4, ils n’ont que deux roues motrices et n’ont pas de blocage de différentiel : autrement dit, leurs roues tournent librement, ce qui s’avère épineux dans les situations d’enlisement ou d’ensablement.

Un 4x4, lui peut bloquer séparément ses roues avant ou arrière, ce qui lui permet de s’extraire plus aisément. Enfin, dernière différence qui n’est pas la moindre, un 4x4 possède des vitesses courtes avec un meilleur couple pour se tirer de toutes les situations.

Ainsi, les crossover bénéficient de parcours spécialement adaptés notamment lors des épreuves emblématiques dans les dunes de Merzouga qu’ils ne peuvent franchir.

 

rag20150325_leg0_jul_020121_resize.jpg rag20150325_leg0_jea_010242_resize_2.jpg

Parcours et suivi sur carte

Pour toutes les étapes (hormis l'étape des dunes), il existe 7 parcours.

Un parcours, exclusivement réservé aux Crossover (Parcours S) est mis en place en tenant compte des spécificités pour ce type de véhicules ainsi que pour la catégorie Expert (Parcours F).

Le départ est donné dès 6h00 du matin, de minute en minute pour des journées moyennes de 10 à 13h.

Pour suivre les Gazelles, cliquez ici !

 

paysage02

 

INFO LIVE - 08h10

La 146 qui est normalement positionné sur le parcours E est partie sur le parcours F à la suite d’une grosse erreur de navigation et elle tourne en rond.

La plupart des autres équipages ont pris la route ce qui faisait un détour. Mais cela leur évite une partie piégeuse.

Le 124 a checké le CP 1 en bord de route mais malheureusement à continué sur la route au sud-ouest au lieu de plein sud.

 

INFO LIVE [EXPERT] - 08h00

Le 400 (400-LERNER/HOWELLS-PIRELLI) a fait d’entrée de jeu, entre le bivouac et la première balise, une petite erreur de cap.
Plusieurs équipages ont passé le CP 1. Le 400, 406 et 410 sont en approche.

La 403 et la 404 sont les plus avancées à 9,9km de leur seconde balise.

Au briefing ce matin...

Prologue terminé, les choses sérieuses peuvent commencer. Premier réveil à 4 heures par Dominique Serra, la directrice du rallye. Premier briefing à 5 heures. Il faut prendre le rythme ! Le ciel encore étoilé augure une belle journée ensoleillée mais avec un vent déjà bien présent. Ce matin, tous les équipages prendront le départ, contrairement à hier où 4 équipages n’avaient pas pu participer au prologue. Au programme de l’étape du jour : 7 balises et un retour au bivouac. Le premier contrôle de passage est commun et se fait par la route. C’est à partir du 2ème CP que les parcours se séparent. Les Gazelles devront bien ouvrir les yeux car elles pourraient tomber sur des des cultures qu’elles se doivent de respecter car la pluie s’est longtemps faite attendre pour les agriculteurs dans cette zone. Théoriquement, le parcours ne comprend pas de sable. Mais si les filles roulent dessus, Ludovic Taché, le directeur sportif le rappelle : « n’oubliez pas de dégonfler les pneus du véhicule pour éviter de pelleter par la suite ! » Heure de fermeture des CP à 19 heures. La journée promet donc d’être longue mais avec de beaux paysages en perspective…

 

ETAPE 1 - Jeudi 26 mars 2015

MECH IRDANE / MECH IRDANE – kilométrage idéal 180 km – temps estimé 9h00
Etape en boucle

Les premiers kilomètres se feront sur route … Histoire de bien prendre en compte que même si la route ne dispose pas d'un revêtement parfait, ce sera toujours bien mieux que de naviguer en hors-pistes.

CP1 validé, les gazelles sont véritablement lancées ! Les espaces sont plus grands, les regards ne peuvent tout apercevoir. Les premiers véritables tours de roues dans le désert.
L'étape du jour ne sera pas la plus dure. Le terrain est très roulant et les reliefs peuvent s'éviter de loin. Pas de très gros pièges en perspective…
Bien que… En effet pour valider le dernier contrôle de passage (CP) de la journée, il ne faudra pas s'assoupir. La carte est fine… vraiment très fine. Le dessin de cette zone est très particulier et les reliefs pas forcément évidents à identifier sur la carte. Et puis les premières dunes vont se dresser sur la route des Gazelles et même si elles ne seront pas hautes, le sable chaud freinera surement les ardeurs de certaines.
En définitive que ce soit les 4x4, les camions, les Crossovers, quads, motos ou SSV la journée ne posera pas trop de problème. Mais si le rallye ne se gagnera pas ici, cette première étape pourrait bien hypothéquer les chances de certaines !

Pour la catégorie EXPERT, c'est le même parcours enfin presque … En effet la zone plus difficile de fin de parcours va accueillir en plus du dernier CP, leurs deux premiers CP de la journée pour cette catégorie. Et ne croyez pas que cela sera un avantage d'être passé le matin déjà; loin de là. Entre le matin et le soir, la lumière change et les montagnes apparaissent bien différentes. Il va y avoir des surprises … Croyez-nous !

Partenaires