Étape 5 Marathon

Ne dormiront pas au bivouac ce soir...

Les équipages 104 et 319 ne dormiront pas au bivouac ce soir. Suite à des interventions techniques, ces deux teams ne pouvaient repartir assez tôt pour espérer rentrer. Elles passeront donc une nuit supplémentaire au milieu des dunes sous le regard bienveillant des équipes d'organisation présentes sur le terrain avec elles.

 

Un point sur les classements à la fin de l'étape 5

Classement de l'Etape 5


Pour rappel : 1 kilomètre parcouru en plus de la distance de référence donnée par l'organisation est égal à 1 point de pénalité. Les CP manqués, appel à assitance mécanique... sont pénalisés en km supplémentaire.

 

Catégories 4 x 4


Le 161 (Jeanette James et Anne-Marie Borg - VOLKSWAGEN VEHICULES UTILITAIRES) a terminé en tête de cette 5ème étape du Rallye Aicha des Gazelles avec 19.21 points de pénalités, devant le 187 (Carole Montillet et Chris Mayne - SAINT-HONORE) avec 21.39 points de pénalités. En troisième position, nous retrouvons le 160 (Elisabete Jacinto et Valérie Dot - VOLKSWAGEN VEHICULES UTILITAIRES) avec 21.81 points de pénalités.

 

retrouve hors-rallye

Premières participation 4x4

 

L’équipage marocain 224 (Sabine Luciani et Marie Deflandre - OCÉAN VAGABOND) remportent cette étape avec 58.8 points de pénalités. Les Francaises 225 (Emilie Haon et Julie Saucerotte - MAIRIE DE MONTPELLIER) prennent la seconde place avec 63.63 points de pénalités, suivies par l’équipage 185 (Laure Marini et Marine Arrighi - EURO 4X4 PARTS) avec 71.53 points de pénalités. 


Crossover

Ce sont encore les Allemandes du 320 (Sabrina Trillmann et Astrid Ebermann - DAIMLER AG MERCEDES BENZ VANS) avec 30.21 points de pénalités qui ont terminé en tête de cette cinquième étape, suivies de l'équipage 318  (Delphine Descotes et Emilie Baubeste - DACIA DUSTER WOMEN@RENAULT) avec 42.91 points de pénalités. Le 310 (Laure Debrabant et Adeline Rivallin - GROUPE LA POSTE) prend la troisième place avec 93.05 points de pénalités.


Moto, quad et buggy


Ce sont une nouvelle fois Elisabeth et Sarah du 27 (Betty Kraft et Sarah Maire - LES CABANES AUX OISEAUX) avec 19.9 points de pénalités qui ont remporté cette cinquième étape.  Elles sont suivies par l'équipage 23 (Christine Moulin et Lynda Blondeau - DUVAL METALU) avec 23.4 points de pénalités. A la troisième place, nous retrouvons les 29 (Catherine Keramidas et Fabienne Esteve - REDS) avec 24.7 points de pénalités.

 



Classement général à l’issue de l’étape 5


Catégories 4 x 4


Le 161 (Jeanette James et Anne-Marie Borg - VOLKSWAGEN VEHICULES UTILITAIRES) conserve leur première place au classement général dans la catégorie 4x4 avec 50.19 points de pénalités. L’équipage 118 (Catherine Houlès et Mélanie Suchet - AVENTURE 77) garde la deuxième place avec 58.17 points de pénalités. L’équipage 187 (Carole Montillet et Chris Mayne - SAINT-HONORE) prend la troisième place avec 58.86 points de pénalités.

 

Première participation 4 x 4


Ce sont les Suissesses du 179 (Regine Zbinden et Ela Steiner - SKYSOFT ATM SOLUTIONS) avec 143.9 points de pénalités qui garde son avance. L’équipage 224 (Sabine Luciani et Marie Deflandre - OCÉAN VAGABOND)récupère la deuxième position avec 277.6 points de pénalités. En troisième position : l’équipage 225 (Emilie Haon et Julie Saucerotte - MAIRIE DE MONTPELLIER) avec 362.11 points de pénalités.



Crossover


En tête dans la catégorie Crossover, les Allemandes du 320 (Sabrina Trillmann et Astrid Ebermann - DAIMLER AG MERCEDES BENZ VANS) au volant de leur sprinter Mercedes avec 124.15 points de pénalités, suivies des Françaises de l'équipage 318 (Delphine Descotes et Emilie Baubeste - DACIA DUSTER WOMEN@RENAULT) en Duster Dacia avec 176.78 points de pénalités et enfin d’un équipage de la Poste, le 310 (Laure Debrabant et Adeline Rivallin - GROUPE LA POSTE) avec 494.14 points de pénalités.



Moto, quad et buggy


L’équipage 27 (Betty Kraft et Sarah Maire - LES CABANES AUX OISEAUX) sur quad, reste en tête du classement général avec 49.35 points de pénalités, suivi des quads du 29 (Catherine Keramidas et Fabienne Esteve - REDS) avec 69.8 points de pénalités. On retrouve en 3ème position, l'équipage 21 (Corinne Péron et Emmanuelle Saulnier - POLARIS FRANCE) avec 169.5 points de pénalités.



Pour découvrir le classement de l'étape 5, le classement général suite à l'étape 5 ainsi que les classements des différents Challenges, cliquez ici

 


Pour découvrir la classement général et les classements des différents Challenges, cliquez ici

 

- See more at: http://www.rallyeaichadesgazelles.com/fr/rallye/2014/etape/e1/#sthash.5u8ZbvCk.dpuf

Pour découvrir la classement général et les classements des différents Challenges, cliquez ici

 

- See more at: http://www.rallyeaichadesgazelles.com/fr/rallye/2014/etape/e1/#sthash.5u8ZbvCk.dpuf

Pour découvrir la classement général et les classements des différents Challenges, cliquez ici

 

- See more at: http://www.rallyeaichadesgazelles.com/fr/rallye/2014/etape/e1/#sthash.5u8ZbvCk.dpuf

INFOS RALLYE (Jour 2) : 1h00

Un groupe de 9 voitures est en train de convoyer vers le bivouac. Elles avancent doucement mais seront à l'arrivée d'ici une heure à peu près.

Encore deux journées de marathon bien remplies - Jour 2

6h du matin, les premières pointent à la balise 6 avant de se lancer vers les 8 autres qu’elles devront trouver aujourd’hui, en parcourant toujours le moins de kilomètres possible. En route pour la 7 –sauf pour les quelques-unes qui ont réussi à l’atteindre la veille au soir. Deux options s’offrent à elles : soit tracer au cap en traversant une zone chaotique de sable et de cailloux, soit descendre dans l’Oued de Draa complètement asséché, zigzaguer dans son lit et parcourir une petite trentaine de kilomètres en plus jusqu’à la 7ème balise.

 

NIC_26032014_Leg5_050117_resize.JPG NIC_26032014_Leg5_050142_resize.JPG

 

A chacune son option !! Beaucoup suivront l’Oued… La 7 leur ouvre la porte du très vaste massif de dunes de Chegaga. Les plus expérimentées se lancent sur la parcours « X » dès les premières heures du jour,  les autres sur le parcours «  ABCDE «, plus classique. Dans les deux cas, une bonne vingtaine de kilomètres épique, dans un paysage magique, avec la balise 8 à pointer, quelque part…. « Il n’y a que deux façons de franchir les dunes :  tout droit avec les roues  droites, ou très loin, en les contournant ! » résume Marie de l'équipage 230 (Marie L'hermite et Aude Filippi - POWERNEXT) avec  humour. C’est pas faux… Et quand on y est, plus moyen de reculer. « On préfère les affronter à plusieurs, raconte une Gazelle. Comme on se tanke plusieurs fois, on s’aide mutuellement. Un coup elles, un coup nous ! A 6 ou 8 bras on est plus efficace pour pelleter... » Et pelleter, elles ne vont pas y couper !

 

NIC_26032014_Leg5_020102_resize.JPG NIC_26032014_Leg5_010157_resize.JPG

 

C’est le cas notamment des canadiennes du 170 (Marilou Perron et Myriam Côté - FAMILIPRIX).  Heureusement leurs compatriotes Danielle et Guylaine du 174 (Danielle Ares et Guylaine Landry - PRO-SPEC VENTE) les suivaient ainsi qu’un équipage de françaises. Les plaques sont sorties, les pelles aussi, y’a plus qu’à ! Près de 30 minutes d’effort en plein soleil, pour sortir le pick-up de la cuvette dans laquelle il s’est enlisé, en bas d’une dune… Mais bon, c’est le  jeu. Et quand la voiture est enfin libérée, c’est la joie !

 

CHR_26032014_Leg5_020244_resize.JPG NIC_26032014_Leg5_020022_resize.JPG

 

On repart. Pourtant, les dunes n’en finissent pas… quand on croit que c’est terminé, à l’occasion d’un grand plateau dégagé, à la manière d une clairière au cœur de la forêt ! - ca repart … La sortie des dunes a été particulièrement éprouvantes pour les équipages et leurs véhicules. Les grandes dunes, ont laissé leur place à des petites dunes (1m50 à 2m de haut) très abruptes, telles des murs ! Franchissement difficile et descente bien raide. Les voitures souffrent… L’équipage 160 (Elisabete Jacinto et Valérie Dot - VOLKSWAGEN VEHICULES UTILITAIRES) vont y percer leur carter… « La même chose que l’année dernière quasiment au même endroit », explique Valérie pas découragée pour autant… Du coup leur carter fuit doucement mais surement. Leur bidon d’huile de réserve est vite vidé. Heureusement, les Gazelles rencontrées sur leur chemin leur donneront un peu de leur huile. « On en remet très régulièrement et on ménage notre monture. Notre objectif : pointer jusqu’à la 14 ème et dernière balise, puis rejoindre le bivouac avec l’aide des autres… » Le parcours est encore long.

 

 NIC_26032014_Leg5_040211_resize.JPG NIC_26032014_Leg5_010216_resize.JPG

 

A l’issue des dunes il leur reste encore 5 balises à pointer. Un beau parcours dans un paysage magistral digne des plus beaux westerns américains… De très vastes étendues plates –ça change des dunes-  à l’endroit où parfois le lac d’Iriqui se remplit !Mais aujourd’hui ce n’est qu’un vaste désert,  qui s’étend à perte de vue, juste cerné, çà et là par les superbes excroissances rocheuses d’El M’Douaouer. Il s’agit ici de trouver ses points de repères et de tracer son cap de la manière la plus directe possible. A ce jeu-là les championnes de la « nav » se régalent… Et les nouvelles commencent à toucher leur bille.

 

NIC_26032014_Leg5_040091_resize.JPG NIC_26032014_Leg5_020034_resize.JPG

 

C’est le métier qui rentre ! Après cette belle balade, presque « reposante », comparée au reste, les Gazelles peuvent enfin rejoindre la piste sinueuse et caillouteuse qui les mènera au bivouac. L’étape marathon est terminée.  Les Gazelles ne sont pas prêtes de l’oublier. Riche d’émotions, d’épreuves et pour certaines d’exploits, mais aussi de vrais moments d’entraide et de rencontres… En deux jours, elles y ont sans doute vécu plus de sensations qu’’en six mois ! Demain, c’est là dernière étape. Même si elles sont épuisées, elles savent aussi que désormais chaque minute doit être appréciée… A 200% !

 

INFOS RALLYE (Jour 2) : 22H30

17 équipages manquent encore à l'appel. Ils continuent à rouler sur leurs parcours ou tracent au cap pour rejoindre le bivouac. L'avancée s'est compliquée un peu ces deux dernières heures avec l'arrivée d'une petite tempête de sable.

Encore deux journées de marathon bien remplies - Jour 1

Mardi matin, départ à 7h !! Une heure de sommeil en plus pour les Gazelles, cette nouvelle étape marathon débutait sous de bons auspices…. Après une cinquantaine de kilomètres sur route et la traversée de la petite ville de Tagounite où quelques équipages en ont profité pour acheter du pain et des fruits, les Gazelles passent le col de Tizi.

 

nic_26032014_leg5_010029.jpg nic_26032014_leg5_010040.jpg

 

A partir de là, les affaires sérieuses reprennent, les voitures quittent la route et  l’aventure reprend. Un véritable labyrinthe de monticules de dunes, éparpillées ça et là, rend la navigation particulièrement difficile.  « On ne voit pas à 50m, à cause de ces dunes, en plus le vent s’est levé et c’est pire ! », lance Aicha de l'équipage 176 (Aïcha Zaoui et Cécile Foucaut - CALSER) . Plantée bien au fond d’une cuvette, la balise 3 en a fait tourner plus d’une !  Le vent soulève le sable… Les Gazelles enfilent leur masque de ski ( !) seule protection efficace pour les yeux. Ambiance surréaliste ! Cette 2ème marathon commence très très fort… A peine 30 mètres plus loin, l’équipage 103 (Christine Lagroue et Elvire Gagneur -  MASSON IMMOBILIER) se «  tanke » dans les dunes. Plusieurs Gazelles lui viennent en aide :  1-2-3 c’est bon , ça repart ! « Mais quand est-ce que ça va s’arrêter ? » s’interroge avec humour Carolyne du team 219 (Carolyne Garrigue et Naima Kabbage - PARADIS PLAGE), un tantinet excédée !

 

eri_25032014_leg5_1.jpg nic_26032014_leg5_030021.jpg

nic_26032014_leg5_020014.jpg eri_25032014_leg5_010266.jpg

 

La « promo qui épate Dominique Serra, l’organisatrice du Rallye Aicha des Gazelles, commence à en avoir plein les pattes… « Mais même si c’est dur, on aime ça ! On doit être un peu barjots … »  lance Patricia de l'équipage 123 (Patricia Ciciliani et Prune Salti - HEXIS) qui en est pourtant à sa 6ème édition.

11h30, le soleil commence sérieusement à taper. 35° et une forte réverbération. Le sable devient de plus en plus meuble… Les Gazelles doivent vite sortir de ces dunes, labyrinthe de sable presque mouvant !!  Certaines l’ont bien compris.  « J’essaie d’éviter au maximum ces « dunettes », très courtes, très resserrées les unes sur les autres, qui nous obligent  à les prendre sans élan. C’est pas facile… Alors je les attaque avec beaucoup d’humilité »  confie Rachel du team 142 (Rachel Cocagne simonin et Severine Noel - ECOLE DE PILOTAGE 4X4 PH. SIMONIN). D’autres, apprendront tout cela chemin faisant…. Et « tankage » aidant ! Même les meilleures s’y laissent piéger. C’est le cas de Carole Montillet (Carole Montillet et Chris Mayne - SAINT-HONORE), équipage 187, qui s’est retrouvée coincée en dévers sur la crête d’une dune….. « Il suffit de suivre le Rallye des Gazelles une journée pour comprendre qu’il s’agit d’une vraie compétition, et non pas d’une balade tranquille entre gonzesses !! », lance la championne de ski, qui revient chaque année se confronter aux nombreux pièges du désert marocain.

 

eri_25032014_leg5_010290.jpg nic_26032014_leg5_010228.jpg

 

Les parcours s’enchaînent et ne se ressemblent pas… Après les dunes ocre, des étendues parsemées de petits monticules de sables, surmontés de végétation. C’est différent, mais c’est pas mieux !!  ballotées dans tous les sens, les Gazelles cherchent  laborieusement leur chemin entre la 5ème et la 6 ème balise. L’après-midi est bien avancée  et la fatigue de 6ème jour est bien réelle... avec persévérance, une partie des équipages arrive enfin à la 6. « Pour aujourd’hui c’est bon,  on va bivouaquer ici ! », lance une Gazelle. Très vite, elles affluent sur ce point de ralliement.

 

nic_26032014_leg5_010072.jpg nic_26032014_leg5_020009.jpg

 

Vers 19h une trentaine d’équipages s’installe pour la nuit. Et vers 20H, surprise, un convoi de 7 ou 8 voitures « phares allumés , klaxon bloqué » apparaît au loin. Ces Gazelles-là sont trop contentes d’avoir enfin rallier ce bivouac improvisé… la soirée sera bonne, réparties sur plusieurs petits bivouacs, les Gazelles qui se côtoient  depuis près d’une semaine, retrouvent  leurs copines de Rallye. Des affinités se sont créées. La soirée sera joyeuse mais courte. Demain, une autre journée bien remplie les attend. Avec en  vedette, les redoutables  Dunes de Chegaga

 

nic_26032014_leg5_020154.jpg nic_26032014_leg5_040149.jpg

 

INFOS RALLYE (Jour 2) : 20h30

116 équipages sont déja rentrés au bivouac.

L'équipage 160 (Elisabete Jacinto et Valérie Dot - VOLKSWAGEN VEHICULES UTILITAIRES) malgré un problème technique a réussi à rejoindre de manière autonome le CP 14, soit le CP final. Bonne inititiative car l'équipage aurait été pénalisé sinon (un équipage ne peut pas se présenté à un CP si il est tracté par un autre équipage).  Elles sont  actuellement  remorquées par l'équipage 157(Magali Barrull et Carole Villieres - AXA CRUVELIER) qui va les amener  jusqu'à la ligne d'arrivée.

 

INFOS RALLYE (Jour 2) : 18h30

Il y a 43 équipages qui sont déjà arrivés au bivouac. Pour fêter la fin de la 2ème marathon, le champagne attend les Gazelles sur la ligne d'arrivée.

INFOS RALLYE (Jour 2) : 17h30

Les équipages en tête de course sont au niveau du CP 14, soit le dernier CP de cette étape marathon. On trouve encore quelques équipages au niveau des dunes et du CP 9. Un certain nombre d'équipages a décidé de ne pas taper les derniers CP et de prendre l'option de rentrer par les pistes.

L'équipage 26 (Aurélie Lecointre et Julie Vanneken - AZZURO BMW) ne finira pas l'étape. Une des deux motos a cassé l'embrayage. Un rapatriement est encours vers le bivouac.

Videos M6 - Focus sur Charlotte et Marie, équipage Belge n°168

INFOS RALLYE (Jour 2) : 14h30

On retrouve beaucoup d'équipages entre les CP 7 et 8 dans les dunes. L'avancée se fait moins bien que pour les équipages de ce matin et pour cause, le sable commence à être très mou avec la chaleur. On dénombre de nombreux tankages comme pour les équipages 104, 204 et 220 qui ont demandé de l'assistance pour pouvoir s'en sortir.

L'équipage 224 qui avait fait une demande d'assistance pour un problème d'essence a finalement réussi à trouver une solution en siphonnant quelques litres dans le réservoir d'un autre équipage. Cela devrait leur permettre de pouvoir finir l'étape.

Les derniers équipages se trouvent au niveau du CP 7 tandis qu'à l'avant, les équipages sont au niveau des CP 13.

 

INFOS RALLYE (Jour 2) : 13h00

Les équipages qui sont vers l'avant de la course arrivent en vue du CP 12. Les équipages 168 et 177 ont demandé une assistance pour se faire détanker.

A noter que des équipages viennent d'arriver au bivouac, certainement des équipages qui ont souhaité rentrer plus tôt pour se reposer en vue de la dernière étape demain.

 

INFOS RALLYE (Jour 2) : 10h00

Les équipages s'étirent encore entre les CP 6 et 10. A noter que les équipages ont le choix entre 2 parcours aujourd'hui dans les dunes : 1 parcours plutôt classique et 1 autre plus engagé où les balises seront plus difficiles à trouver ! Pour le moment, les équipages qui se sont lancés à l'assaut des dunes, ont, dans la grande majorité, fait le choix de  partir sur le parcours le plus difficile. Vaillantes nos Gazelles !

2 demandes d'assistance pour des tankages ont été faites par les équipages 201 et 166.

INFOS RALLYE (Jour 2) : 08h00

Les Gazelles sont reparties dès 6h ce matin ! En ce moment même, le premier tiers des équipages se trouve entre les CP 7 et 8 et vont se lancer à l'assaut des dunes de Chegaga. Le deuxième tiers navigne lui entre les les balises 6 et 7 le long de l'oued Draa. A l'arrière, les équipages sont en approche ou déjà au niveau du CP 6.

 

INFO RALLYE (JOUR1) : 23h

Etat des lieux de la première journée marathon de l'étape 5

Aprés un changement de bivouac qui a contraint l'équipe web/média à un silence radio, il est temps de donner quelques nouvelles du front.

C'est au niveau des cp 4 que la plupart des difficultés surviennent, erreurs de cap, progression lente, les équipages butent ici sur un terrain hostile.

L'équipage 163 (Anne-Sophie Le hoang et Blandine D'astorg - VOLKSWAGEN ) fera appel à l'assistance mécanique sur le CP 5, le camion d'assistance de l'organisation s'est rendu sur place pour identifier la panne, il est probable qu'un retour au bivouac pour mener les réparations soit nécessaire. Idem pour l'équipage 107 (Jo hannah Hoehn et Susanah Hoehn - HOEHN MOTORS), déplorant un incident n'affectant que le véhicule. Pour l'heure, l'assistance mécanique est sur place pour un diagnostique.

Actuellement une soixantaine de véhicules se sont stabilisés au niveau du secteur des CP7. Une cinquantaine d'équipages ont déjà dépassé ce secteur et ont commencé, pour quinze d'entre eux, à se diriger vers la 8x pour bivouaquer aux pieds des dunes.
Un quart des équipages bivouaquent aux alentours des CP 5, le reste des participantes se situent entre les cp4 et 5.

C'est sous une voute parsemée de mille étoiles que l'ensemble des participantes vont passer la nuit, une dernière nuit en bivouac sauvage sobrement fêtée entre Gazelles.

INFOS RALLYE (JOUR 1) : 12h00

Au niveau des crossover, 2 véhicules déjà en approche de la balise 6 tandis que le gros du groupe se trouve vers le CP 4. Pour les 4x4, les équipages les plus rapides arrivent au niveau du CP 4 et sont sortis des dunes. La plupart des équipages sont encore dans les dunes et cherchent leur CP3.

L'équipage 25 qui était rentré au bivouac pour un problème technique a pu être réparé et le voilà en train de passer leur CP1.

INFOS RALLYE (Jour 1) : 09h30

La plupart des équipages avance rapidement et a déja passé les CP 3. La plus belle progession est pour l'équipage 312 (Maud Brunat et Virginie Segalas-talous - GROUPE LA POSTE) qui est en approche du CP 4. Côté assistance, le 177 (Camille Berchon et Anne-perrine Plumet-balestier -  LE PANIER DE CAROLINE) a déclenché une alerte mécanique pour un problème de transmission.

 

Au briefing ce matin ... "Vous êtes une promo qui m’épate !""

Dominique Serra a débuté le briefing du matin en félicitant plusieurs équipages : « Les 322 (Clara Lopez et Maria victoria Giraldo - DACIA DUSTER WOMEN@RENAULT) qui a accompagné jusqu’à l'arrivée les 111 (Chloée Decker et Angélika Olivier - SAARLB) suite à des problèmes électriques dans la voiture. Bravo aussi aux Gazelles 138 (Hélène Grand'eury et Séverine Arnaud - BRESSE FROID), qui sont restées bloquées plus de 3 heures à 3 km du bivouac et qui ont réussi à rentrer, grâce à une réparation des mécanos jusqu'à 3h du matin ! ». Un mot aussi pour l’ensemble des Gazelles et en particulier les 243 nouvelles. « Vous êtes une promo qui m’épate ! Vous êtes vraiment géniales ! Et ce que vous êtes capables d’exprimer sur la ligne d’arriver cela m’épate aussi… je vous remercie d’être comme vous êtes ! » Ludovic Taché, le directeur sportif, lui aussi félicite les Gazelles. « Vous vous êtes bien débrouillées pour cette étape marathon. Les caps ont été bien tenus et celles qui ont eu certaines difficultés, on su assez rapidement réagir. Continuez comme ça, car ça n’est pas encore fini ! » S 'en suivirent quelques conseils « techniques » de conduite, de respect des villages traversés et des plantations adjacentes, des motos ou quads qui doivent être doublés doucement… Un petit point aussi sur le contrôle des traces et des kilométrages des équipages de tête. « Nous contrôlons leurs itinéraires de façon très précis , et nous ferons cela jusqu’à la fin du Rallye. » Quant à l’étape marathon d’aujourd’hui  et de demain elle se déroulera en partie dans les dunes de Cheggaga… Encore de merveilleux paysages en perspective.

 

mic_25032014_leg5_010011_resize.jpg mic_25032014_leg5_010025_resize.jpg

 

 

 

ETAPE 5 - mardi 25 et mercredi 26 mars



TINFOU / FOUM-ZUID - kilométrage idéal 300 km – temps estimé 20h00
Etape marathon


On vous l'avait bien dit que ce serait sportif… La seconde marathon succède à la première qui elle-même succédait à l'étape reine des dunes. Encore deux jours pour venir à bout de ces 5 "journées folles".

La région de CHEGAGA, son sable, ses collines, son oued Draa… et ses tempêtes !
Le vent, l'ennemi de ces deux jours. Déjà la navigation n'est pas aisée mais quand les éléments s'en mêlent alors tout se complique.
Cohésion parfaite attendue dans le véhicule. La navigatrice devant toujours se repérer et garder bien à vue ses reliefs. La pilote devant toujours recaler son cap car ici on ne met pas les roues où l'on veut, mais où l'on peut. Des dunettes innombrables interdisent tout le temps de garder un cap. En mer on appelle cela la dérive mais ici pas de courant, juste des petits tas de sable de guère plus de deux mètres qui vous pousse, vous pousse, vous pousse… Ici on ne parle pas en kilomètre pour se déplacer mais en temps.
En fin de cette première journée, les meilleures attaqueront les dunes. L'erg est moins impressionnant que celui de MERZOUGA, mais cela n'est vraiment qu'une impression.
Quoiqu'il en soit, toutes dormiront sur le sable ce soir. La soirée sera belle c'est sûr. Il faudra profiter de ce calme et encore une fois des étoiles. C'est la dernière nuit seules, entre Gazelles.

La matinée du lendemain sera consacrée au sable … encore ! Quel que soit le parcours choisi, les Gazelles traverseront l'Erg avec plus ou moins de difficulté, avec dans l'espoir celui d'apercevoir des Gazelles… mais cette fois les vrais.
Après ce sera le Lac IRIQUI. Ici point d'eau mais une traversée de plus de 10 km d'un espace lisse et sans reliefs où l'on peut deviner la sphéricité de la terre… la montagne devant n'aura pas de pieds ou semblera immerger d'une zone d'eau immense.

Il faudra batailler contre la chaleur toute la journée pour ne pas perdre la lucidité gage du parcours le plus court possible. Les reliefs grandioses du M'daouer vont s'illuminer en fin de journée pour accompagner nos gazelles jusqu'au bivouac. Là il sera temps de se reposer, de recharger les batteries pour une toute dernière étape, une toute dernière aventure.

Partenaires