Bienvenue sur notre nouveau site,  n'hésitez pas à nous laisser un commentaire et bonne visite !

...Philippe Cura

Philippe CURA a troqué sa casquette de « chauffeur du patron » dans Caméra Café contre un job bien plus sympa. Pendant une heure, en plein soleil, costard noir relégué au placard, le comédien a joué du drapeau. C’est à lui qu’est revenu l’honneur de lancer le prologue de cette 19e édition. Sa vision du rallye, du Maroc et du 4X4.

Alors, comment s’est passé ce départ ?

J’ai jamais participé à un rallye, j’étais super content ! Et t’as vu, j’ai tout fait du début à la fin : 50 minutes le bras en l’air – j’ai fait 15 jours de muscu avant de venir ! - Je me suis dit qu’il n’y avait pas de raison que seules les filles de la première rangée aient un départ digne de ce nom. Sous mon drapeau, j’étais un peu avec elles…
C’était marrant de voir leurs visages : certaines étaient hyper concentrées, on voyait que c’était la première fois, d’autres super détendues, grand sourire. C’était surprenant !

Que penses-tu du rallye ?

Je crois que c’est surtout un défi humain en fait. Pour moi, ce rallye veut dire «Eh, les mecs, regardez, on n’a pas besoin de vous ! ». Elles sont super courageuses. Et en même temps, je m’en veux de dire ça : on ne dirait pas ça des hommes. Le fait est qu’il y aura toujours des machos, et heureusement que ce type d’évènement existe pour leur laisser le volant.

Première balade dans le désert, premier séjour au Maroc. Tes impressions ?

C’était un rêve de découvrir le désert quand j’étais gamin. On se fait toujours une idée du Sahara, du sable, et puis à Paris, on n’a pas l’habitude de voir l’infini. Ca donne presque le tournis ! J’étais un peu groggy sur la course. Pour ce qui est du 4x4, j’ai le dos un peu fragile… alors cet après-midi sur le prologue, j’ai demandé à ce qu’on me chahute un peu, mais pas trop ! En tout cas je ne suis pas sûr d’avoir la patience nécessaire aujourd’hui pour être un jour une bonne gazelle.